• Appréciations du cours en ligne L’observation en philosophie pour les enfants (PHI-1064)

Ce n’est pas moi qui le…

Voici quelques extraits de journaux de bord d’étudiant-e-s ayant suivi, à la session hiver 2007, le cours L’observation en philosophie pour les enfants. Ces extraits sont tirés des journaux de bord du module 14 (dernier module). Il leur était demandé les questions suivantes: 1- Que retenez-vous de ce cours? 2- Quelle est votre appréciation de ce cours, tant sous l’angle du contenu (philosophie pour les enfants) que de sa forme (OVC)?

Thierry Sclipteux, dans son Journal de bord soumis le mercredi 11 avril 2007 à 08:27, a écrit:
Ce cours en ligne me paraît aussi être l’extraordinaire et indispensable complément des sessions résidentielles déjà suivies : j’y ai trouvé remarquablement explicitées, illustrées et (ré)organisées 1001 notions lues ou entendues de façon parfois un peu rapide depuis 5 ans ; et, comme le philosophe sait qu’il ne sait pas, me voici réinvité (et motivé) à relire e.a. Lipman, avec des clefs de lecture bien plus riches. Pour avoir travaillé dans le monde de l’évaluation de la qualité des systèmes de formation, je ne peux qu’être admiratif des moyens abondamment mis en œuvre pour structurer ce cursus sur un sujet où la rencontre de l’autre est aussi essentielle que les contenus présentés. Chapeau !

Véronique Larouche, dans son Journal de bord soumis le mercredi 11 avril 2007 à 13:07, a écrit:
2. Appréciation : Je suis totalement satisfaite du contenu de ce cours, car j’ai appris plein de choses intéressantes. Le cours comportait beaucoup de contenu, mais les notions à l’étude étaient expliquées de façon claire et précise. Suite à ce cours, je peux dire que je suis outillée pour mettre en pratique la pratique de la philosophie avec les enfants. Ce que j’ai particulièrement apprécié, ce sont les séquences vidéo. Elles m’ont permis de comprendre plusieurs concepts, d’observer les différentes habiletés intellectuelles à développer chez les enfants en philosophie, d’observer les différentes façons de faire des enseignants et de me faire une bonne idée de ce à quoi pouvait ressembler une communauté de recherche. La charge de travail à faire chaque semaine était quand même lourde, par contre les explications étaient claires. De plus, avec l’OVC, il est facile d’avoir de l’aide de l’enseignant et des autres étudiants. J’ai beaucoup apprécié le fait de pouvoir échanger avec les autres étudiants, c’était très enrichissant. L’OVC est facile d’accès, on y retrouve une multitude d’informations et c’est facile de se l’approprier rapidement. Bref, je n’ai que de bons commentaires à souligner tant au niveau du contenu que de sa forme. Je suggère ce cours à tous les enseignants!

Sébastien Robert, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 15:47, a écrit:
2- C’est la première fois que je fais un cours à distance et la forme employer pour apprendre la matière me fit grand plaisir. Des textes introductifs et explicatifs suivis de séquences vidéos montrant réellement la notion ou le concepts à l’étude est, d’après moi, la meilleure façon d’apprendre. Des exercices simples et très utiles et ce avec une clarté et une cohésion constante. Je crois que ce cours mérite véritablement le prix qu’il risque de gagner. Si j’en ais la chance, il me fera énormément plaisir de le suggérer à quiconque désirant prendre connaissance de cette merveilleuse discipline!

Valérie Pelletier, dans son Journal de bord soumis le samedi 14 avril 2007 à 08:47, a écrit:
1 – Ce cours m’a appris diverses techniques à utiliser afin d’amener les enfants à penser, à réfléchir. Je retiens qu’il est important de pousser les enfants dans leurs idées, de les amener à réfléchir toujours plus en profondeur sur divers sujets. Aussi, j’y ai vu toute l’importance de la discussion de groupe dans un climat propice à l’entraide, à l’écoute et au respect. L’enseignante a un grand rôle à jouer dans la communauté de recherche. Elle doit toujours écouter très minutieusement mais, en même temps, elle doit laisser les élèves libres dans leurs pensées, sans leur dire ce qui est bien ou mal selon elle, ce qui n’est pas toujours évident. Je crois que ça prend un certain moment avant d’être à l’aise pour enseigner la philo avec les enfants mais je crois aussi que cela donne des résultats très intéressants et très bénéfiques pour les enfants. Ces derniers sont capables d’entretenir des discussions très profondes et très enrichissantes pour tous. 2 – J’ai beaucoup apprécié tout ce qui entoure le cours. En effet, nous disposions de plusieurs éléments pour nous aider à bien comprendre les notions (émissions, recueil de textes, forum, bibliothèque, vidéothèque…). Les exercices étaient diversifiés et touchaient aisément la matière. Personnellement, je trouve que les séquences vidéo et les émissions étaient particulièrement intéressantes puisqu’elles nous donnaient un modèle concret de comment agir, comment animer une communauté de recherche. Tout était plutôt facile à utiliser et les consignes étaient clairement expliquées tout au long de la session. Enfin, je suis entièrement satisfaite d’avoir suivi ce cours et je souhaite que vous continuiez à faire grandir la philosophie avec les enfants! Je chercherai toujours à m’y intéresser c’est certain!

Marie-Eve Labbé, dans son Journal de bord soumis le samedi 14 avril 2007 à 10:52, a écrit:
1-Premièrement, je trouve que la philosophie peut apporter beaucoup aux enfants. Par exemple, à travers celle-ci, ils apprennent à devenir des citoyens responsables et raisonnables, ce qui est en lien avec la mission de l’école (l’éducation à la citoyenneté). Ils apprennent également plusieurs habiletés de la pensée telles que raisonner, contextualiser, définir, rechercher, etc. afin de se construire de meilleurs jugements. Par ailleurs, ils apprennent à communiquer en écoutant et surtout en respectant les idées des autres. Le respect et l’écoute sont deux valeurs très importantes dans une communauté de recherche en philosophie pour les enfants. Finalement, à l’intérieur de celle-ci, les enfants apprennent à penser par et pour soi-même avec les autres. 2- J’ai bien aimé le cours de philosophie pour les enfants. J’ai été agréablement surprise de voir à quel point les élèves pouvaient échanger sur différents sujets philosophiques et avec une certaine profondeur, malgré leur jeune âge. Par ailleurs, il était facile de se retrouver sur le site; tout était bien expliqué autant les travaux à faire que les dates d’échéance. Le contenu était également très intéressant et enrichissant. J’ai appris énormément! Le cours m’a vraiment donné le goût d’expérimenter la philosophie avec les enfants.

Marie-France Pion, dans son Journal de bord soumis le mardi 10 avril 2007 à 17:59, a écrit:
1- Ce que je retiens du cours ? Il y a beaucoup à retenir. D’abord, la philosophie avec les enfants est profitable autant à l’enseignant qu’aux enfants. Grâce aux séquences et à l’émission, il m’a été possible de voir comment se déroule une séance de philo avec les enfants…rien à voir avec la philo du cégep ! Les enfants ont une idée des choses et il faut leur donner l’occasion de les dire. L’enseignant autant que l’enfant apprend à développer et à utiliser les habiletés philosophiques (justifier son point de vue, donner des exemples, clarifier, redire, etc.) Je retiens aussi qu’il est grandement important d’écouter ce que les autres disent. Il arrive souvent que nous n’écoutons pas réellement ce que l’autre dit. En philo, il faut écouter pour pouvoir discuter. Donc, les habiletés développées peuvent et doivent être réutilisées dans la vie quotidienne. J’ai bien l’intention de les développer avec ma classe. 2- J’ai aimé ce cours puisqu’il m’a appris sur la pratique de la philosophie avec les enfants, mais aussi sur mes propres habiletés philosophiques. J’ai constaté à quel point il est important et nécessaire de réfléchir avant de parler…ou de nuancer ! Oui, ce cours me permet de faire une réflexion sur ma manière de pensée et aussi sur mes différentes méthodes d’enseignements. Au début, je trouvais difficile de naviguer sur le site, mais j’ai vite appris. J’aurais préféré une rencontre avant le début du cours pour expliquer un peu plus le fonctionnement. Sinon, dans l’ensemble, c’est intéressant de pouvoir échanger avec les autres et de faire partie une communauté de recherche !

Geneviève Lecours, dans son Journal de bord soumis le mardi 10 avril 2007 à 15:25, a écrit:
1- Je retiens de ce cours que la philosophie pour les enfants apporte de nombreux bienfaits. En fait, les membres de la communauté de recherche développent des habiletés de pensée et des attitudes sociales telles l’écoute et l’entraide qui lui seront utiles tout au long de sa vie. Cette pratique tente de rendre l’enfant capable de prendre conscience de sa propre pensée, de plus elle lui apprend à la nuancer et à l’autocritiquer (lorsque nécessaire). En somme, grâce à la philosophie, les enfants pratiquent la démocratie à l’école, observent des comportements alternatifs à la violence et développent des habiletés et des attitudes d’une personne raisonnable. Je retiens aussi de ce cours que l’animateur possède un grand rôle dans la communauté de recherche. Il ne doit pas imposer ce qu’il croit juste, mais plutôt accompagner les enfants dans leur recherche autour d’un sujet. Il est de son devoir d’être à l’écoute et de poser des questions poussant l’élève à penser, à raisonner, à aller plus loin. Pour terminer, j’ai pu constater que les enfants du premier cycle jusqu’au troisième sont en mesure de faire de la philosophie alors, il faut en profiter! 2-Sous l’angle du contenu: J’ai vraiment beaucoup appris dans ce cours. La matière n’est pas répétitive. Les notions sont bien expliquées et elles sont tout de suite mises en application, ce qui m’a permis de bien les intégrer. Je crois que la philosophie pour les enfants serait nécessaire au Programme de l’école québécoise. Sous l’angle de la forme: Au tout début, le site était un peu difficile à comprendre, cependant quelques semaines d’utilisation et il devient facile de l’employer. Je pense que l’OVC est une formule pratique, didactique et intéractive. Elle soutient bien l’idée de la philosophie (entraide, coopération, etc.).

Catherine Quinn, dans son Journal de bord soumis le mardi 10 avril 2007 à 20:36, a écrit:
1-J’ai été très agréablement surprise par ce cours. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en le choisissant. Tout au long des 13 semaines, j’ai compris tous les aspects bénéfiques que peut avoir la pratique de la philosophie sur les enfants. Je retiens de ce cours, que la pratique de la philosophie permet aux enfants de développer des compétences et des habiletés essentielles comme raisonner, rechercher, analyser, etc. La communauté de recherche aide l’élève à penser par et pour soi-même et à forger sa pensée et son opinion par le biais des échanges avec ses camarades de classe. La communauté de recherche aide l’enfant à échanger, à discuter et à partager ses idées avec les autres. De plus, les questions philosophiques amènent les enfants à se questionner et à confronter leurs idées aux autres. Ces questions les aident à réfléchir sur des problèmes moraux et éthiques. Finalement, à travers les différents modules, j’ai vu l’importance de pratiquer la philosophie avec les enfants pour qu’ils deviennent de meilleurs citoyens. 2- J’ai énormément apprécié ce cours, car il est riche en contenu, en exemples et en explications. Le contenu était clair, précis et facile à comprendre. J’ai acquis beaucoup de connaissances pertinentes. Lorsque j’aurai ma classe, il est certain que je vais pratiquer la philosophie avec mes élèves, car elle procure plusieurs effets bénéfiques. Pour ce qui est de la présentation du cours, l’OVC, au début, j’avais un peu de difficulté à comprendre le fonctionnement, mais une fois que j’ai compris le fonctionnement j’ai trouvé qu’il était facile de se retrouver. Le site est très bien fait et facile d’accès. Je n’ai que de bons mots à dire sur ce cours! La philosophie avec les enfants est une découverte!

Anne Hébert, dans son Journal de bord soumis le mardi 10 avril 2007 à 22:09, a écrit:
1-Je retiens plusieurs choses en suivant ce cours à option. Tout d’abord, j’ai réalisé à quel point il pourrait être bénéfique pour les enfants de suivre un cours de philosophie. Aussi, en tant qu’enseignante, je considère que cette matière est très enrichissante pour moi. Elle me permet de réfléchir et de participer à la communauté de recherche, car l’animatrice ne possède pas les bonnes réponses. Lorsque j’aurai ma classe, il est certain que je vais tenter l’expérience, car je considère que celle-ci rapporte beaucoup au plan personnel et social des enfants. Je ne regrette pas mon choix de cours. 2- En général, j’ai apprécié le cours, mais je tiens tout de même à mentionner qu’au tout début de la session, j’étais perdue sur le site. J’avais de la difficulté à bien saisir ce qu’il fallait faire. Toutefois, après quelques semaines, tout s’est réglé. J’ai aimé visionner des séquences, des émissions au canal savoir, car je trouve que c’est un cours concret. Pour moi, c’est plus motivant et plus constructif de rechercher un élément dans une séquence que de lire plusieurs textes et ne rien retenir. De plus, les séquences m’ont permis de voir concrètement les rôles d’un animateur et les contenus à faire apprendre aux enfants.

Marie-Paule Maréchal, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 11:39, a écrit:
2. Le contenu du cours correspond tout à fait à mon attente. Il me donne les données théoriques dont j’avais besoin pour répondre aux exigences d’une observation précise d’une crp. Il me donne aussi, d’un point de vue pratique, une plus grande expérience dans cette observation. Les propositions de lecture me permettront d’enrichir encore mon expérience en la matière. En ce qui concerne la forme, j’ai apprécié le côté virtuel, le respect de ma liberté de répondre ou non aux commentaires, l’impression de vraiment faire partie d’un groupe en recherche. L’obligation de fournir un travail chaque semaine m’a permis de tenir la distance : même si cela m’a paru parfois contraignant, j’en ai apprécié les bienfaits : meilleure structuration de mon temps, approfondissement de la matière, maintien de l’intérêt, et, en fin de parcours, assimilation plus aisée. Si je dois donner un bémol, c’est au niveau de la présentation : le son et l’image des séquences étaient parfois si peu clairs que je devais lire les commentaires pour savoir de quoi il était vraiment question. Puisque nos justifications se basaient sur la précision de ce qui est vu et entendu, c’était un peu un handicap. Il suffirait de sous-titrer et d’agrandir l’écran pour faciliter le travail d’observation. Comme Chantal Perdaens et Thierry Sclipteux, je regrette que l’examen, en demandant des justifications précises sans le recours au Recueil, fasse la part belle à la mémorisation, même si l’étude des éléments est grandement facilitée par l’observation qui en a été faite. D’un autre côté, l’effort de synthèse demandé facilite certainement l’intégration de ces connaissances (en classe, je n’ai pas vraiment le temps d’ouvrir mon recueil, l’observation se fait en direct…). Mémoriser est aussi une compétence à travailler, même à 48 ans ! Il faut bien mettre un point final à ce rapport, c’est bien triste car c’est le dernier. Ma dernière phrase est une question et un souhait : « vous n’envisageriez pas un second ovc de perfectionnement ? »…Un grand merci pour tout.

Caroline Boyer, dans son Journal de bord soumis le mercredi 11 avril 2007 à 08:39, a écrit:
Ce cours a été une bonne introduction au monde de la philosophie pour les enfants. J’ai vu comment la communauté de recherche peut développer le raisonnement et, par ricochet, le citoyen de demain. L’art de penser par et pour soi-même est au cœur de cette démarche et il est possible de commencer cet apprentissage dès le premier cycle du primaire. Si ce cours m’a paru très exigeant au départ, je me suis habituée à sa forme et son déroulement. Je trouve par contre que le nombre d’évaluations est trop élevé, car tout apprentissage est évalué. Toutefois, il est intéressant qu’il n’ait pas de bonnes ou mauvaises réponses dans les rapports à produire. L’OVC offre un portail convivial et on finit par savoir où sont les nombreuses ressources. Ce site rassemble aussi des gens de tous les coins de la Francophonie alors les échanges deviennent intéressants sous l’angle des diversités culturelles. Bref, même si je ne me sens pas assez outillée pour mettre sur pied une communauté de recherche demain matin, je comprends mieux son fonctionnement et son utilité.

Marie-Eve Patry, dans son Journal de bord soumis le mercredi 11 avril 2007 à 18:22, a écrit:
2- Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai beaucoup aimé les séquences avec les enfants, car c’était très concret et c’est ce qui m’a permis de bien apprécier ce cours. J’ai trouvé que les émissions documentaires et les textes de la bibliothèque venaient également bien compléter chacun des modules. En ce qui concerne la forme du cours, j’ai bien aimé le fait de pouvoir avoir accès aux commentaires et justifications de mes collègues, car ceci m’a aidée, à quelques reprises, à mieux comprendre certains éléments qui étaient à l’étude.

Caroline Gagné, dans son Journal de bord soumis le mercredi 11 avril 2007 à 14:23, a écrit:
1- Au terme de ce cours me permettant de me familiariser avec la communauté de recherche philosophique, je peux affirmer que j’ai bien apprécié pouvoir me renseigner quant à la façon d’introduire cette approche pédagogique en classe. De nombreux points positifs ressortent par le biais de la mise en place de la communauté, soit le développement du jugement et des habiletés sociales. Ce que je retiens plus particulièrement est l’intérêt que j’ai pu percevoir de la part des élèves pour les discussions autour de thèmes qui les animent. 2- J’ai bien apprécié le cours car il nous permet vraiment d’avoir recours à des méthodes efficaces pour initier les jeunes à la philosophie. Le fait que ce soit très concrêt facilite notre compréhension. Ainsi, j’ai adoré pouvoir observer de véritables séances de philosophie en classe par le biais de l’observatoire. De plus,l’OVC est un outil de travail et d’échange très enrichissant. J’ai appris au cours de la session à bien l’utiliser. Par contre, j’aurais bien aimé avoir une rencontre préparatoire au début, afin de clarifier certains éléments. Bref, le cours est très pertinent et enrichissant pour les futurs enseignants entre autre. Toutefois, j’aurais aimé suivre le cours plus tôt au cours de mon cheminement universitaire de sorte que je puisse expérimenter la communauté de recherche philosophique en classe lors de mes stages.

Amélie Lemay, dans son Journal de bord soumis le mercredi 11 avril 2007 à 15:21, a écrit:
2- J’ai vraiment apprécié ce cours. Il est bien bâti dans sa forme. C’est un cours à distance, mais qui est plus concret que bien des cours en classe. J’ai apprécié le fait de visualiser des séquences réelles de classes faisant de la philosophie. C’était très instructif. On dit qu’une image vaut mille mots et, dans ce cas, cela était vrai. Les activités sont aussi intéressantes et pédagogiques. Elles sont en lien directes avec les apprentissages que nous devons faire. Pour ce qui est du contenu, celui-ci était aussi excellent. Il nous expliquait clairement ce qu’est la philosophie pour enfants et nous en donnait les caractéristiques principales dans un langage clair et concret. J’ai aussi trouvé que le contenu était vraiment utile pour notre profession d’enseignant. Ce n’était pas des théories interminables, mais bien des concepts et des informations concrètes sur ce qu’est la philosophie pour enfant. Enfin, le fait de nous faire vivre par les activités ce qu’est la philosophie pour enfants est aussi un point que j’ai apprécié.

Josiane Tania Boulay, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 10:52, a écrit:
Lorsque je me suis inscrite à ce cours, je l’ai surtout fait par curiosité. Je ne savais pas de quelle façon nous pouvions aborder simplement la philosophie avec les enfants et je n’avais surtout aucune idée du cheminement qu’ils pouvaient faire grâce à cette activité. Tout au long de la session, j’ai acquis des connaissances sur la constitution d’une communauté de recherche, sur les approches que nous pouvions utiliser pour guider les enfants vers une pensée philosophie telles la lecture d’un récit, la formulation d’analogies ainsi que la pose de questions portant sur différents éléments ou situations pouvant être étudiés d’un point de vue philosophique. J’ai constaté au cours des modules comment il était possible d’intégrer la philosophie dans notre enseignement et les nombreuses habiletés que sa pratique pouvait permettre aux élèves. Cela m’a permis de découvrir des façons concrètes de lier la philosophie à mon futur enseignement. Je retiens de ce cours que la philosophie est une façon efficace de permettre aux enfants de développer leurs compétences visées par le nouveau programme de formation de l’école québécoise. En discutant avec les autres, en tentant de comprendre, d’expliquer et d’analyser des situations, des écrits ou des idées, les enfants sont amenés à raisonner et à développer leur jugement. J’ai pu voir que la philosophie était accessible aux enfants, ce dont je doutais. J’ai apprécié le sens concret de ce cours, car il m’a permis de voir sous un autre angle ma future profession, d’y apercevoir un autre sens et de penser ajouter sérieusement une communauté de recherche dans ma classe. J’ai aimé le contenu varié offert par le cours, les exercices pratiques qui nous ont permis de mieux cibler les habiletés à développer par les enfants. J’aurais peut-être apprécié obtenir plus de documentation sur la façon d’implanter une communauté de recherche au sein d’une classe et sur les activités que nous pouvons faire avec elle. Les enseignants que nous avons observés possédaient des guides. Sont-ils ou seront-ils disponibles ? C’est un point sur lequel je tenterai de me renseigner dans les prochaines années. Puis, en ce qui concerne l’OVC, j’ai réellement apprécié la forme de présentation de ce cours. Lorsque j’ai entrepris le cours, son format rempli et chargé m’a un peu effrayé, mais plus les semaines ont avancé et plus j’étais satisfaite de la présentation de ce cours. Tout est très clair, bien expliqué et il est facile de suivre sa progression. J’ai apprécié les précisions et les commentaires donnés par la tutrice et le professeur ainsi que les éclaircissements au début de chaque module.

Michel Desmedt, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 11:15, a écrit:
1. La première idée qui me vient à l’esprit face à la question : «Que retenez-vous de ce cours », c’est mon émerveillement devant la capacité des enfants à entrer dans la démarche de la philo pour enfants. Comme je l’ai expliqué au début du cours, je n’enseigne pas au fondamental et donc ma pratique de la CRP se limite à une pratique entre adultes et une approche de ce que cela donne avec des adolescents au travers de mon travail avec des profs qui la pratiquent dans le l’enseignement secondaire. Oui, c’est vraiment quelque chose que je retiendrai de ce cours : mon émerveillement devant ces enfants filmés dans les séquences observées. Et je suis donc 100% d’accord avec les citations placées par Michel Sasseville au début de « La pratique de la philosophie avec les enfants » : d’accord avec Montaigne lorsqu’il dit « On nous apprend à vivre quand la vie est passée » ; d’accord avec Epicure qui nous dit que « l’activité philosophique s’impose à celui qui est jeune comme à celui qui est vieux » ; d’accord enfin et surtout avec Karl Jaspers lorsqu’il affirme que les enfants « ont souvent une sorte de génie qui se perd lorsqu’ils deviennent adultes » Le deuxième élément que je soulignerais, c’est l’importance de la dimension communautaire dans la pratique de la philosophie. Avant de découvrir la pratique de la CRP, mes contacts avec la philosophie se faisaient au travers de lectures de quelques grands philosophes. Il s’agissait d’entrer dans la pensée d’un autre bien plus intelligent que moi et qu’il s’agissait d’essayer de comprendre ! Travail d’intello ! Plaisir solitaire, masturbation intellectuelle dit-on parfois ! Avec la CRP, même si le but est bien de penser par et pour soi-même, cela ne se fait pas seul. Et là est toute la différence car, comme le dit très bien Emmanuel Kant (toujours dans l’intro du livre de M Sasseville) : « Mais penserions-nous beaucoup, et penserions-nous bien, si nous ne pensions pas pour ainsi dire en commun avec d’autres, qui nous font part de leurs pensées et auxquels nous communiquons les nôtres ? » La notion de délibération, outre qu’elle est école de démocratie, de citoyenneté et de refus de la violence, est source d’une pensée personnelle et « véri-fiée » par le crible de la communauté de recherche. 2. Ce qui précède montre combien mon appréciation du cours est positive tant pour son contenu que pour sa forme. Contenu tout d’abord : Suivre le cours est l’apport théorique indispensable aux formations à la pratique de la CRP que j’avais suivies jusqu’à présent. Et je ne suis pas mécontent du tout d’avoir commencé par la pratique plutôt que par la théorie. Mais la théorie est certainement un moyen d’aller plus loin dans la pratique ! Quant à la forme, ce que j’ai dit plus haut de mon émerveillement devant le génie des enfants n’aurait pas été possible sans cette forme d’observatoire virtuelle. Et la dimension communautaire n’aurait pas été possible sans le C de l’OV. Bravo ! Evaluation plus que positive ! Continuez !

Cindy Marquis, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 14:06, a écrit:
Je retiens un grand nombre d’éléments en portant une réflexion sur le cours «L’observation en philosophie pour les enfants». D’abord, l’ouverture d’esprit est un élément-clé. Au début de session, je me demandais bien comment il serait possible de faire de la philosophie avec les enfants. Et bien, c’est possible et ça semble très constructif! Ce cours m’a permis de comprendre qu’avec les enfants en philo, c’est un véritable saut dans le vide. On ne sait pas quelles réponses ils apporteront, mais une chose est certaine : cela nous permettra de nous avancer sur le sujet de d’en découvrir plus sur les enfants. De plus, une ouverture d’esprit est essentielle pour participer à la communauté de recherche. Les enfants peuvent fournir des réponses qui nous semblent absurdes, mais il faut les écouter et leur poser des questions pour les inciter à se justifier. J’ai bien apprécié le contenu du cours. Cela représentait une grosse différence des cours auxquels nous sommes habitués à l’université. De plus, j’ai véritablement envie d’essayer de faire de la philo avec les enfants dans ma future classe. Par contre, je trouvais que les émissions de la série documentaire et les textes du recueil de textes étaient redondants. Il aurait été possible de lire seulement les textes sans visionner la série… D’un autre côté, cela faisait faire un rappel. L’OVC est très bien fait. L’aide fournie est très utile et le fait d’avoir accès à d’autres séquences, aux commentaires de nos collègues est très constructif. Bravo!

Catherine Crespin, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 18:06, a écrit:
1. Je retiens de ce cours une part théorique et une part pratique. Du côté de la théorie, j’ai accumulé beaucoup de notions qui m’étaient encore inconnues. J’ai compris tout le sens de la définition de « communauté de recherche » ainsi que tous les éléments qui s’y rapportent. Faire de la philosophie avec les enfants est maintenant une discipline claire et précise et non plus floue et vague. Du coté de la pratique, ce cours m’a également apporté beaucoup d’outils nécessaires à la pratique de la philosophie avec les enfants. 2. Sous l’angle du contenu, ce cours est très riche, il permet de faire le tour complet de la pratique de la philo en divergeant les points de vue. Il m’a permis de me mettre à la place de l’animateur, à la place de l’observateur, à la place de l’enfant. Il contient toutes les notions et toutes les nuances nécessaires au raisonnement, au jugement, à la définition, à la recherche… Les sujets sont variés et les séquences à observer aussi. On passe ainsi en revue plusieurs critères au travers de plusieurs cycles. Cela m’a permis de comprendre que cette discipline s’apprend à tout âge. Sous l’angle de sa forme, je voudrais d’abord pointer l’exigence de ce cours. Il est certain qu’il demande du temps et de la rigueur de travail, qu’il n’est pas simplement un cours à suivre avec une évaluation. Cette exigence m’a donné l’occasion de m’y accrocher vraiment et de ne pas laisser passer une telle occasion d’apprentissage. La forme informatique de ce cours m’a d’abord surpris, puis de plus en plus interessé. En effet, cela a favorisé de nombreuses lectures des commentaires et productions de mes collègues. Je perçois cet échange comme un enrichissement, me poussant à aller plus loin, me permettant de mettre en doute ma propre pensée et d’aller, encore et toujours plus vers la connaissance de moi-même et des autres.

Marie-Andrée Lavoie, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 19:14, a écrit:
2- Pour ce qui est de mon appréciation, il est facile de percevoir, avec la partie précédente, que je suis très heureuse d’avoir choisi ce cours. Il m’a permis de comprendre son importance et j’ai l’impression d’avoir vu suffisamment de contenu pour comprendre ce qu’est la communauté et ce qui y est travaillé. Toutefois, ce cours me donne envie de suivre les autres cours en lien, mais, malheureusement, je suis en fin de formation et cette session était ma dernière. Pour ce qui est davantage de la forme du cours, je suis très satisfaite. Il est bien construit, il se fait bien avec toutes les étapes réparties dans les différents modules. La gradation des modules est adéquate. Il est très intéressant d’observer les séquences et les vidéos complémentaires. Ils nous permettent d’observer des élèves en action dans une communauté de recherche. Aussi, ces images nous donnent des idées concrètes, elles permettent de voir les avantages et d’observer l’évolution des compétences visées chez les élèves. Un dernier point à mentionner est le fait qu’il est très apprécié d’avoir des commentaires, des rétroactions, en lien avec les évaluations que nous avons faites tout au long des modules. Félicitations!

Valérie Beaulieu, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 19:03, a écrit:
1-Tout d’abord, je dois avouer que je retiens beaucoup de ce cours et que je ne regrette vraiment pas de l’avoir choisi. La philosophie pouvait et peut encore plus, se faire avec les enfants alors que je croyais le contraire malheureusement. Elle permet de développer chez les jeunes plusieurs habiletés qui leur seront utiles tout au long de leur vie. Ces habiletés permettront aux élèves de devenir de meilleurs citoyens et c’est un des points que je vise en tant qu’enseignante, tout comme mes confrères et mes consoeurs de travail. Par ailleurs, j’ai remarqué qu’il sera possible d’intégrer la philosophie dans différentes matières à l’école. De plus, les avantages pour les élèves sont nombreux, mais l’enseignante aussi peut en retirer des bénéfices. Disons qu’avec l’image que j’avais de la philosophie du CÉGEP, je dois avouer que maintenant c’est tout autre!!! 2- Maintenant pour ce qui est de mon appréciation du cours, j’ai adoré mon expérience et la crainte que j’avais au départ s’est rapidement évaporée. Les éléments sont traités un à la fois, mais il y a beaucoup de réinvestissement avec les précédents. Par ailleurs, j’aime bien la forme où l’on doit s’entraider via le journal de bord ou encore les visionnements. Par ailleurs, cela nous permet aussi de travailler l’élément : « envisager un problème selon différents angles », car lors de la lecture de rapport de nos collègues, il arrive parfois que l’on se remette en question. Ainsi, je n’hésiterai pas à recommander ce cours à d’autres étudiants! Bravo et surtout, merci!!!

Jessica Poirier, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 19:53, a écrit:
1- Ce que j’ai retenu de ce cours, c’est que la philosophie avec les enfants permet de développer une multitudes d’habiletés chez les enfants, mais aussi de les conscientiser sur les problèmes de la société en les faisant réfléchir et en leur faisant prendre position. Je retiens aussi que la communauté de recherche semble être une très belle expérience à vivre avec nos élèves et que cela peut nous permettre de les connaître sous un nouvel angle. La philosophie permet aussi de former de meilleurs citoyens en devenir par toutes les habiletés qu’ils vont développer. Ces habiletés vont l’aider à respecter l’autre, à prendre conscience de différents points de vue, à réfléchir avant de porter un jugement, etc. Je crois donc que ce cours nous a permis de voir tous les bénéfices de la philosophie avec les enfants. 2- J’ai vraiment apprécié le contenu du cours puisque je le trouve très intéressant. De plus, je suis très intéressée à expérimenter la communauté de recherche dans ma future classe. J’ai donc vraiment aimé pouvoir observer et analyser des séquences vidéos. De plus, les éléments que nous avions à observer nous permettaient de comprendre toutes les habiletés à développer et à travailler chez les élèves. Nous pouvions aussi analyser les interventions des animatrices, ce qui nous aidera à en devenir de meilleures nous aussi. Pour ce qui est de la forme du cours, j’ai bien aimé le fonctionnement du site. Il est très facile à utiliser et il est rempli d’informations utiles. Par contre, j’aurais aimé que nous ayons une rencontre avant de commencer le cours pour bien comprendre comment il allait fonctionner. Cela nous aurait aidé à mieux se retrouver dès le premier module. J’ai aussi bien apprécié l’accompagnement de la chargée de cours qui a fait un travail exceptionnel en répondant rapidement à mes questionnements. Ce qui m’a un peu déplue, c’est l’énorme charge de travail que le cours demandait à chaque semaine. En somme, j’ai bien apprécié faire ce cours puisque la matière était très intéressante, le fonctionnement était adéquat et tout cela nous sera utile dans le futur.

Marie Pairet, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 22:58, a écrit:
2- C’était le première fois que l’on m’offrait la possibilité de suivre un cours par internet. J’avais peur d’être un peu perdue face au fonctionnement de l’OVC. Je n’ai rencontré aucun problème majeur puisque tout est très clair. J’ai apprécié la diversité utilisée pour nous communiquer les contenus (Les vidéos, les textes, les informations supplémentaires dans l’O.V.C., …). Nous ne manquions de rien. Bien entendu le fait de pouvoir partager les rapports et les journaux de bord est une excellente idée, cela nous permet d’aller plus loin dans notre réflexion personnelle. Je suis donc très satisfaite du cours tant du point de vue du contenu que de son fonctionnement. J’ai appris énormément. Merci et bonne continuation dans vos projets philosophiques! Toutes mes félicitations également pour le prix remporté!

Laure Gatellier, dans son Journal de bord soumis le jeudi 12 avril 2007 à 23:40, a écrit:
Je retiens de ce cours que la philosophie pour enfants est un outil merveilleux pour développer une série de compétences essentielles dans le développement de l’enfant. En effet, au niveau des apprentissages cognitifs, elle permet de développer une quantité d’habiletés de pensée, transférables dans toutes les autres disciplines scolaires ainsi que dans la vie de tout citoyen. Grâce au processus de recherche en communauté, les enfants vont apprendre à développer un esprit critique et autocritique. Ils vont peu à peu être capables d’exprimer leur pensée de façon de plus plus précise et recherchée, et se nourrir des idées des autres pour parfois compléter leurs idées ou changer de position face à l’une ou l’autre situation. Au niveau des habiletés sociales, la communauté de recherche philosophique prône le respect, la tolérance et l’ouverture aux autres. Finalement, la philo va permettre aux enfants de vivre et de comprendre la démocratie, de se préparer à devenir citoyen du monde. J’ai trouvé ce cours très intéressant au niveau du contenu. Il a répondu à la majorité des questions que je me posais sur les enjeux et le fonctionnement de la philosophie pour enfants. J’ai beaucoup aimé le fait que nous devions chaque semaine produire des rapports. Cela m’a vraiment permis de m’approprier la matière. De plus, j’ai apprécié le souci de cohérence entre le cours et le sujet de ce dernier : nous avons véritablement fondé une « communauté de recherche virtuelle », en allant lire les rapports des autres, en s’enrichissant de leurs idées, en répondant à leurs questions,… Concernant l’organisation du cours, je me suis sentie très à l’aise avec l’OVC. Il est très clair, extrêmement bien construit, on peut s’y rendre quand on veut. C’est un outil à la fois très complet et très simple à manipuler. Je voudrais vous féliciter et vous remercier pour ce cours qui m’a apporté beaucoup, dont l’envie d’en savoir encore plus et de me lancer un jour dans la pratique de la philosophie dans une classe.

Miriam Leroux, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 11:55, a écrit:
2) J’ai beaucoup apprécié ce cours et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, les séquences permettaient de voir tout de suite, d’une façon très concrète, la théorie du recueil, ce qui permet d’intégrer et de comprendre rapidement la matière. De plus, les séquences sont en eux-mêmes agréables à regarder. Les enfants sont souvent impressionnants! Aussi, le cours est fait de sorte que nous pouvons lire les commentaires de nos collègues et avoir des rétroactions sur notre travaille régulièrement. Cela permet de pouvoir s’ajuster rapidement. Enfin, l’amalgame des émissions, des séquences à observer et des textes à lire permet une formation intéressante comme future enseignante et animatrice de philosophie pour les enfants.

Marcelle Paquette, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 12:10, a écrit:
2- Je considère comme un privilège d’avoir eu accès à ce cours. Dans le rythme de la CRP véritable, les choses vont vite et souvent on pense après coup aux interventions qui auraient été aidantes. Ici, nous pouvons regarder à plusieurs reprises un passage qui nous questionne, une intervention qu’on comprend mal de prime abord ou des interactions multiples. Nous avons le temps d’analyser en profondeur, de cerner des éléments, de mieux en comprendre les mécanismes. Je trouve cela très précieux. Quant à sa forme «technique», j’avoue que sans le support de ma tutrice, Myriam, j’aurais eu de bonnes chance de laisser tomber tant je trouvais les procédures complexes. Une fois ce cap franchi, j’ai pu en admirer toute la logique et la structure. Ma seule réserve tient dans l’évaluation finale et le «par cœur» qu’il implique. Et je vous renverrai à cet effet aux propos de Thierry S. dans son journal de bord du présent module puisqu’il a formulé très justement ces mêmes réserves : «L’examen final semble relever davantage d’une évaluation sommative dans une perspective (améliorée) de mémorisation-restitution que d’une tâche d’intégration des compétences exercées.» Ceci dit, merci d’avoir rendu ces apprentissages possibles, et au-delà de ceux-ci, toutes les prises de conscience qui en découlent.

Raphaël Voyer, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 13:02, a écrit:
Ce que je retiens le plus de ce cours c’est l’intelligence des enfants. Je trouve que tout au long des observations les enfants ont répondu aux questions avec une belle vivacité d’esprit. L’intelligence des échanges entre l’animatrice ou l’animateur et les enfants sur des questions qui nous apparaissent complexes même à nous universitaire. Je retiens également l’importance des habilités développées par les jeunes dans le cadre d’une communauté de recherche. La démocratisation et la formation au respect de sa pensée et de celles des autres sont des éléments essentiels pour une démocratie en santé. Finalement, ce que j’ai aimé de ce cours, c’est ce premier contact avec une communauté de recherche composée d’enfant de différent cycle. J’ai moi-même pris part à une communauté de recherche, mais nous n’étions pas des enfants, et cette expérience à changer ma pensée en étant plus à l’écoute du processus autour de celle-ci. Maintenant j’ai pu voir que cette méthode fonctionne aussi avec les enfants. En ce qui a trait à la formule de l’ovc, je dois dire que je suis impressionné. J’ai déjà suivi deux cours à distance et mon expérience ne fut pas très convaincante. Il y a sur l’ovc une facilité de communication avec les pairs et le professeur qui rend le cours plus vivant. Le suivi qui est fait avec le secrétariat est également un outil qui est très efficace. Les commentaires de Myriam Michaud furent très utiles et extrêmement pertinents. Je vous invite à continuer ce cours et je vous dis félicitations pour le bon travail.

Julie Beaupré-Bériau, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 13:15, a écrit:
1- Lorsque j’ai commencé ce cours en janvier, je ne m’y connaissais pas du tout en philosophie pour les enfants. Je ne savais même pas que c’était une pratique qui avait cours dans certaines écoles. J’ai donc découvert cet univers fascinant qui permet le développement d’une foule d’habiletés chez les enfants. Ils apprennent ainsi à développer leurs pensées, à réfléchir, raisonner, s’autocorriger, dialoguer, etc. Je crois que c’est une façon formidable d’enseigner aux jeunes à vivre avec les autres et à respecter leurs opinions, tout en respectant leurs propres idées. De plus, je crois que la communauté de recherche peut être très avantageuse pour développer un bel esprit de groupe dans la classe ainsi qu’une belle solidarité. Bref, j’ai appris énormément dans ce cours et il m’a donné envie de pratiquer la philosophie avec mes élèves lorsque j’aurai une classe. 2- J’ai bien aimé la façon dont se donnait le cours. Tout était très bien expliqué pour chaque étape à réaliser, et nous avions assez de temps pour réaliser les activités. J’ai apprécié les séquences vidéos qui nous permettaient de mieux comprendre les éléments à l’étude et qui exposaient bien le fonctionnement d’une communauté de recherche. Les commentaires de la chargée de cours étaient toujours pertinents et nous aidaient à approfondir nos réflexions. J’ai eu besoin de deux-trois semaines pour bien apprivoiser le site et comprendre comment tout fonctionnait, mais une fois que cela fut fait, il était très aisé de se promener sur le site. J’ai donc bien apprécié ma session!

Simon Larouche, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 14:37, a écrit:
Malgré la barrière psychologique que j’entretiens avec le virtuel, j’ai beaucoup apprécié ce cours. Il m’a permis de me faire une meilleure idée de ce à quoi ressemble une communauté de recherche avec des enfants, de mieux comprendre et observer les différentes habilités de pensée chez les enfants et de toucher le vaste domaine de possibilités découlant de la pratique de la philosophie pour enfant. Je sens que j’ai une meilleure connaissance de la philosophie pour enfant et je me sens plus outillé pour, éventuellement, animer des communauté de recherche avec des jeunes. Le recueil de texte et la série documentaire me seront des outils très précieux pour l’animation et l’implantation de communauté de recherche dans les écoles. Si tout se passe bien, je devrais bientot commencer à travailler dans les écoles. Ce cours m’a donné confiance en moi et en mes capacités. Je me sens prêt pour être un pionner et amener cette merveilleuse opportunité aux enfants du québec. J’ai aimé la façon dont le cours est construit mais j’aurais aimé plus d’intéraction entre les membres de la communauté de recherche virtuelle. Étant donné notre grand nombre, il est difficil et ardu de lire les commentaires de tous et d’établir une communication véritable. La série documentaire est très bien faite et permet d’apprendre beaucoup de chose de façon concrète et agréable. L’observation des séquences est aussi très pertinente puisqu’elle permet de mieux reconnaître les différents mouvements de la pensée qui sont à l’oeuvre chez les enfants. J’ai beaucoup apprécié, Merci beaucoup PAIX Simon Larouche

Joannie Nadeau, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 15:57, a écrit:
Je retiens de ce cours que de montrer aux enfants comment dialoguer est un merveilleux moyen de diminuer la violence chez ces jeunes. Les enfants ne savent plus comment bien s’exprimer. Pire, ils ne savent pas comment tirer profit des pensées des autres. Penser par et pour soi-même est une vision que je désire communiquer aux futurs enfants de ma classe. Clarifier, contextualiser, l’auto-correction, etc. seront à mon programme. Au début, j’étais un peu sceptique au sujet de ce cours. Je ne savais pas vraiment dans quoi je m’embarquais. Par contre, j’ai été agréablement surprise. Le cours m’a vraiment intéressé. J’ai appris beaucoup. Le cours n’était pas trop lourd mais je suis un peu stressée pour l’examen, j’ai bien hâte de voir de quoi il va avoir l’air. Merci!

Thérèse Allard, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 16:20, a écrit:
1. En ce qui concerne la philosophie pour enfant, je retiens de ce cours le formidable outil que cette approche apporte à mon travail. Le cours transpire d’une dynamique qui donne envie d’être partagée comme si c’était une mission qui m’était donnée de partager avec d’autres ce que j’y ai découvert. Ce projet d’élaborer une théorie de l’acte de penser me fascine parce qu’il est à l’image de la recherche dans la communauté : une recherche qui n’a pas de fin, et aussi parce que cette tentative prend corps à partir de la communauté de recherche. Ce que nous avons tous fait expérimentalement durant ces derniers mois. J’avais des idées préconçues sur un aspect de la CRP., notamment, en ce qui concerne les réflexions en jeu dans la communauté à partir des histoires. Je me demandais si la réflexion ne risquait pas de s’enfermer dans un cercle vicieux, mais finalement pour quelles certitudes, avec quelle légitimité ? N’a-t-on pas besoin aussi de « certitudes  » pour bien vivre et ne pas se sentir « jeté » dans le monde ? J’ai mieux compris grâce à ce cours la richesse du guide qui incite les enfants à « dépasser les limites de leur curiosité » pour être en contact avec les propres interrogations des philosophes ce qui va nourrir en profondeur leur pensée. Cela m’a réconciliée avec le guide que je trouvais ennuyeux avant de suivre ce cours. L’association DVD, recueil de textes et séquences ainsi que toutes les informations annexées formaient un ensemble se répercutant ensuite sur l’observation d’une manière exponentielle. 2. Au sujet de l’OVC, je retiens l’originalité et l’inventivité du site. Cependant il était exigeant comme un bon professeur et même contraignant par moment. Il m’a été difficile d’accès au début. Malgré l’absence en direct des personnes composant le cours, j’ai trouvé l’OVC plus intéressant que certains cours non virtuels. Et je serais prête à tenter une autre expérience.

Audrey Bigot-Destailleur, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 16:37, a écrit:
1- Je m’étais inscrite à ce cours par curiosité… J’étais intriguée par le concept de communauté de recherche virtuelle… Je retiens de ce cours des précisions théoriques sur les habiletés de pensée en jeu dans la CRP. J’avais déjà lu différents ouvrages autour du sujet pour mes recherches mais là, j’ai pu approfondir des points très précis en lien avec la philosophie pour enfants. A un point de vue plus pratico-pratique, il est toujours intéressant de voir faire pour mieux faire. Apprend-on par imitation ? Pour une part, je pense que oui… enfin, dans ce contexte, oui ! A la fin de cette session, je reste plus que jamais persuadée que la pratique de la philosophie doit être vécue par un maximum d’enfants, à condition que les animateurs soient formés. Je pense qu’une formation minimale est essentielle pour éviter quelconque dérive de la discussion (dogmatisme, scepticisme, relativisme, etc). Je fais de la philosophie pour enfants mon identité professionnelle parce qu’elle est selon moi l’une des plus belles choses que l’on puisse, en tant qu’éducateur, offrir aux enfants : PENSER ! 2- J’ai beaucoup apprécié ce cours pour le contenu. L’OVC contient une somme d’informations très intéressantes et non exhaustives. J’ai également apprécié la communication entre les participants… enfin avec certains. Nous étions trop nombreux pour se connaître tous. Peut être des plus petits groupes permettrait des remarques plus personnelles. Il me semble difficile de faire une communauté de recherche à plus de 20, peut être en est-il de même pour les communautés de recherche virtuelle ? Dernière remarque concernant le devoir sur table. Comme Thierry, Marcelle et d’autres, je suis partagée en ce qui concerne la forme du devoir terminal. Pour avoir passé l’examen ce matin en France, il est bien cohérent avec ce que nous avons déjà pu faire jusqu’à maintenant. Mais alors, pourquoi faire un devoir sur table ? Pourquoi ne pas s’en tenir aux devoirs à rendre chaque semaine ? L’enjeu était-il de mémoriser les définitions des habiletés ? Malgré ces quelques remarques, je reste TRES satisfaite de ce cours. Je suis heureuse d’avoir pu y participer et souhaite que bien d’autres puissent le suivre à leur tour. Merci à vous tous pour votre intérêt pour la philosophie pour enfants et un merci tout particulier à Myriam, pour sa rigueur et ses conseils. A quand la suite du cours sur internet ? Au plaisir de continuer à discuter avec vous sur le forum !

Geneviève Pomerleau, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 16:32, a écrit:
1- Ce cours m’a permis de changer la vision que j’avais de la philosophie au départ. Je me suis familiarisée avec cette pratique et j’ai appris la base pour animer une communauté de recherche avec les élèves. J’ai développé le goût de faire de la philosophie avec les enfants et j’ai démystifier cette discipline. Je retiens aussi qu’il est important d’enseigner aux élèves des habiletés de pensée afin de leur permettre de développer un meilleur jugement et une meilleure capacité à penser par et pour soi-même. 2- J’ai bien apprécié la formule de ce cours puisqu’il combinait l’Internet, les séquences et les émissions télévisées. Le cours est très bien divisé et le contenu est très concret, c’est-à-dire qu’il est facilement applicable dans une classe. De plus, ce cours nous permettait d’être autonome dans nos apprentissages puisque nous choisissions nous-mêmes le moment de suivre le cours. Par ailleurs, l’obligation de remettre des travaux à toutes les semaines nous assure de ne pas prendre de retard et de rester actif dans notre apprentissage. Finalement, j’ai apprécié le fait de pouvoir consulter les travaux de mes collègues puisque cela m’aidait à porter de meilleurs jugements. Bref, même si le site Internet m’apparaissait complexe au départ, j’ai vite appris à bien utiliser cet outil.

Chantale Dubuc, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 16:33, a écrit:
Pour ce qui est de la forme du cours, je suis tout à fait ravie d’avoir suivi un cours de la sorte. Dans des cours réguliers, on peut discuter avec l’enseignant sans se baser sur l’opinion des autres étudiants pour forger notre propre opinion. Les réflexions se font de façon individuelle tandis que dans un cours de cette forme, les réflexions se font de façon collective. J’irais jusqu’à dire que les réflexions des autres m’étaient essentielles pour être en mesure de rédiger les différents rapports ainsi que les journaux de bords. Je comprends très bien pourquoi ce cours gagne des prix: le sujet est relativement nouveau pouir le milieu scolaire québécois, il permet d’aller plus loin dans la réflexion que dans des cours réguliers et on peut le suivre dans le confort de son salon. C’est génial!

Daniel Baur, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 19:19, a écrit:
1 – Littéralement, j’aimerais retenir TOUT de ce cours, tant ses apports notionnels que fonctionnels m’ont impressionné. Mais puisqu’il faut bien préciser, alors je choisis cette phrase de David Kennedy : «Le dialogue n’est pas un dialogue si je ne suis pas profondément ouvert à l’idée d’être changé par l’autre» (Module 5). Cette remarque me paraît contenir l’essence même de ce cours de philosophie pour enfants, l’autocorrection comme marchepied vers un monde souhaitable et décidé au sein d’une communauté. //// 2 – Sous l’angle du contenu, ce cours était déjà très abordable relativement au vocabulaire employé et le débutant en la chose philosophique que je suis a apprécié. Les notions abordées, telles les habiletés de penser, sont extrêmement pertinentes et offrent des clefs pour aborder avec réalisme et efficacité la philosophie pour enfants. Laquelle vise à une progression selon un axe fort – la prévention de la violence – afin d’aboutir finalement à ce qu’un enfant ait droit à vivre la démocratie au quotidien. Le contenu de ce cours résulte donc d’un choix que je qualifierais volontiers de « politique ». C’est à mon avis un excellent choix, dont on espère pouvoir mesurer dans les années proches les effets bénéfiques chez les jeunes acteurs-auditeurs des classes à qui nous proposerons cette forme d’appropriation de la philosophie// Sous l’angle de la forme, cette idée de nous placer en communauté de recherche est originale et logique, eu égard au contenu du cours. Sur l’aspect de cours par correspondance, je ne me suis jamais senti isolé ; ce en quoi notre communauté virtuelle existait bel et bien. Et observer nos points de vue avant la soumission de nos travaux était particulièrement enrichissant. Sur l’aspect des évaluations, un grand merci à Myriam et à Michel dont les appréciations ont largement aidé à préciser mes idées, à remarquer des incidences cachées ou à mieux comprendre un concept.

Joëlle Lavoie-Landry, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 17:02, a écrit:
Je retiens de ce cours qu’il est facile de faire verbaliser les élèves sur toute sorte de sujets. Je pense aussi qu’il serait important de mettre en place dans plusieurs écoles une communauté de rechercher en philosophie puisqu’elle permet aux élèves de développer plusieurs habiletés. De plus, je trouve que ce cours me permettra en tant que future enseignante de développer chez mes élèves de belles valeurs et surtout de les amener à travailler la démocratie pour qu’ils deviennent de bons citoyens. J’ai bien apprécié ce cours, mais j’aurais préféré un cours en classe afin de mieux partager mes idées avec les autres étudiants. Je ne suis pas très technologique! J’ai bien aimé la matière que nous avons vue et le fait de pouvoir regarder des situations réelles m’a permis de mieux comprendre certaines habiletés que les élèves ont à développer. Je vais sûrement tenter l’expérience avec mes futurs élèves! Bravo!!

Joannie Rhéaume, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 20:11, a écrit:
J’ai beaucoup apprécié ce cours et cela faisait longtemps que j’attendais un cours comme celui-ci. Lorsque je venais sur l’OVC, je ne me sentais pas seule. Je sentais qu’il y avait de la vie dans les différentes discussions et je me suis sentie soutenue dans ce que j’écrivais. Vos commentaires m’ont beaucoup aidé et je vous remercie d’avoir pris le temps de le faire. Bref, le contenu fut livré à merveille et j’ai découvert plusieurs choses sur la philosophie que j’ignorais. Je trouve que l’OVC est très bien structuré et je n’avais pas de difficulté à me retrouver. Merci pour tout et j’espère que le cours continuera pour les prochaines années à venir! Bonne fin de sesssion!

Andréanne Huot, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 22:44, a écrit:
2- J’ai apprécié ce cours pour toutes sortes de raisons. Le contenu était approprié pour une meilleure compréhension de la matière et il était facile de faire des liens entre les éléments vus et lus. J’ai aussi été grandement surprise de voir des enfants participer autant à un cours, ils avaient toujours l’air d’aimer ça et les voir donner leurs opinions aussi facilement m’épataient à chaque fois. J’ai appris beaucoup de nouvelles notions (voir question précédente) ce qui m’amène que des éloges pour ce cours. Cela donne envie de l’essayer. J’ai trouvé que les textes et séquences avaient raison d’être puisqu’ils nous aidaient à assimiler la matière. Les exercices étaient très bien aussi et nous avions assez de temps pour les faire. Je trouve le site extrêmement complet, tout y est! Je trouve bien aussi de pouvoir consulter nos résultats en tout temps, cela nous donne une bonne idée. Il était impressionnant de lire les commentaires reçus pour chacun des modules, cela devait être long à faire! mais cela nous aidait beaucoup aussi. Le seul point négatif de ce cours, c’est qu’au départ, j’étais complètement perdue dans ce cours, mais après 1 semaine ou 2, on s’y retrouve très facilement et on s’y sent à l’aise! Finalement, je suis très satisfaite de ce cours, je suis contente de l’avoir choisi et je vais le suggérer à tous les futurs enseignants.

Geneviève Dontigny, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 22:37, a écrit:
Enfin, le formule OVC est agréable et différente de tous les cours que j’ai eu la chance de suivre dans le cadre de ma formation universitaire. J’ai beaucoup apprécié de pouvoir lire les commentaires de mes collègues. Cela m’a permis, à plusieurs reprises, de nuancer mon point de vue du départ.

Matthias Pepin, dans son Journal de bord soumis le vendredi 13 avril 2007 à 22:51, a écrit:
2) J’ai vraiment trouvé ce cours excellent. Si on s’attarde à l’organisation des différents modules, on se rend compte que vous nous avez entraînés, de proche en proche, vers de idées de plus en plus abstraites et complexes, vers, aussi, des observations toujours plus fines et fondées. L’OVC, quant à lui, même si nous avons tous, ou presque, soulignés nos petites difficultés de départ, s’est révélé être un outil complet qui nous a offert l’opportunité de suivre efficacement l’évolution du cours au long de la session. Les multiples liens, les possibilités d’interactions, les commentaires et les remarques ont été autant de voies qui, selon moi, ont donné à chacun la possibilité de s’y retrouver selon ses besoins et ses attentes. Libre à chacun d’aller jusqu’où il le désire dans son niveau d’approfondissement des éléments théoriques à l’étude. Au point de vue de la charge de travail, j’ai trouvé qu’une petite tâche hebdomadaire, bien que parfois un peu fastidieuse pendant les stages du mois de février (stage 3 en enseignement primaire et préscolaire), était une alternative de qualité aux travaux longs proposés dans certains cours. En effet, cela oblige à se pencher, chaque semaine, sur la matière qui est à l’étude plutôt que de se laisser dépasser par celle-ci. Au final, nous nous retrouvons prêts à affronter l’examen, prêts à justifier nos avis, prêts à défendre nos idées et, cela, grâce à un entraînement régulier.

Katerine Lagacé, dans son Journal de bord soumis le samedi 14 avril 2007 à 10:36, a écrit:
2. Ce cours, qui à prime abord m’a semblé assez fastidieux, n’a pas arrêté de me surprendre! Au départ, j’envisageais les différentes activités à soumettre à chaque semaine comme plutôt contraignantes. Cependant, cette forme d’évaluation continue, basée sur l’argumentation, me semble maintenant très appropriée. Avec le recul, je prend conscience des acquis réalisés. La communauté de recherche philosophique dans le cadre scolaire a sa place. Je compte bien bâtir des activités de ce genre lorsque j’aurai ma classe.

Pierre JACOB, dans son Journal de bord soumis le samedi 14 avril 2007 à 07:12, a écrit:
2- Le cours d’observation en philosophie pour les enfants m’a beaucoup apporté tant sur le plan de mon développement personnel que dans ma formation professionnelle. J’ai réellement ressenti un cheminement intérieur dans l’élaboration de mes contributions tout au long de la session, grâce notamment à cette forme de travail hebdomadaire certes lourdes en terme d’investissement temps, mais aussi très appréciable dans sa continuité. J’apprécie aussi grandement les ressources mise à notre disposition : les textes de la Bibliothèque, les nombreuses références externes… et bien sûr les séquences vidéos (Que d’heures aurait-il fallu sacrifier pour avoir accès en réel à autant de séances en classe !). Deux regrets, plus que des reproches, restent à exprimer : Reprenant le journal de Thierry, j’appréhende la perte des moments de lecture des commentaires de mes collègues, et l’impossibilité d’en voir certains… D’autre part, il m’aurait semblé intéressant, avec le recul, de participer aux cours associés tenus à l’Université Laval afin de développer une pratique professionnelle plus riche et expérimenter. Peut être une autre fois…

Stéphanie Lafleur, dans son Journal de bord soumis le samedi 14 avril 2007 à 07:23, a écrit:
2- Ce que j’ai particulièrement apprécié du cours, ce sont les séquences que nous observions chaque semaine. J’ai pu ainsi m’approprier des méthodes de travail qui resteront gravées en moi, puisque non seulement je les ai lu dans le cadre du cours mais je les ai aussi vu, j’ai vu une animatrice expérimentée les mettre en pratique. De plus, les textes qui étaient à lire étaient très intéressants et pas trop longs. Les émissions à regarder étaient elles aussi très intéressantes et résumaient bien les lectures et les séquences du module.

Martine Lehouillier, dans son Journal de bord soumis le samedi 14 avril 2007 à 07:51, a écrit:
2- D’abord, j’ai bien aimé la formule des séquences à observer puisque nous avions des pistes pour analyser le contenu de la séquence. De plus, l’accès aux justifications des autres est très constructifs pour nous aider à élaborer notre jugement.

Julie Cantin, dans son Journal de bord soumis le samedi 14 avril 2007 à 09:28, a écrit:
1- Comme enseignante, mon but est d’éduquer les jeunes afin d’en faire des citoyens responsables. Ce cours est enfin celui qui m’a donné le plus d’outils pour y parvenir. Je retiens les habiletés fondamentales que les élèves doivent développer pour approfondir leur raisonnement. Par exemples, je retiens que le dialogue, la contextualisation, la coopération et la reformulation (pour ne nommer que ces habiletés), font partie de l’apprentissage que feront les enfants tout au long de leur participation à une communauté de recherche. Je retiens aussi le rôle que tient la communauté de recherche quant à l’apprentissage de la démocratie. En effet, les enfants qui auront participé ;a une communauté de recherche seront plus aptes à prendre des décisions éclairées pour eux, leurs proches et la société dans laquelle ils vivront. 2- Comme mentionné au point un, j’ai trouvé ce cours particulièrement intéressant et enrichissant. En effet, mes connaissances préalables sur la philosophie ne me laissaient pas imaginer qu’il était possible d’aller aussi loin dans la philosophie pour les enfants. L’observation des communautés de recherche m’a permis de comprendre tout ce qu’il était possible de faire avec les élèves. J’ai très apprécié le fait que ce cours m’ait ouvert les yeux quant à la possibilité à philosopher des enfants. De plus, l’OVC offre une multitude d’exemples de discussions entre enfants, ce qui vient en quelque sorte prouver le cadre théorique des habiletés à développer et des techniques pour implanter une communauté de recherche. Aussi, le fait d’avoir à réaliser de petites tâches à chaque semaine incite à se tenir à jour dans nos apprentissages. Ces exercices ne demandent pas beaucoup de temps, mais plutôt beaucoup de réflexion, ce qui, à mon avis, est dans la ligne de pensée de la philosophie.

Joannie Doyon, dans son Journal de bord soumis le samedi 14 avril 2007 à 10:18, a écrit:
2- Pour avoir suivi antérieurement des cours sur Internet, je crois que ce cours est le mieux organisé. Il m’a vraiment permis de faire des apprentissages comparativement à certains autres cours. De plus, le fait d’avoir un rapport à toutes les semaines, me permettait d’être continuellement en contact avec le cours sans oublier la matière passée. Bien sûr, voir des enfants philosopher, ce fut une expérience exceptionnelle qui me pousse à l’intégrer continuellement dans ma future classe.

Isabelle Gagnon, dans son Journal de bord soumis le samedi 14 avril 2007 à 11:10, a écrit:
Je suis très satisfaite du cours en général et de sa forme. Une fois que le site était plus familier, il était très facile de l’utiliser. Je suis vraiment très contente d’avoir observé directement des enfants en communauté de recherche. Je ne pensais pas que le cours allait être aussi concret et j’en suis très contente.

réponses

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :