Outils d’observation et d’évaluation en Communauté de Recherche Philosophique 2.0


Il me fait grand plaisir, à nouveau, de laisser la place à une collègue, Lisa Desrochers, pour le prochain article. Enseignante au secondaire en éthique et culture religieuse au collège Jean de la Mennais, Lisa pratique la philosophie en communauté de recherche avec des adolescents de 12 à 16 ans depuis maintenant une dizaine d’années. Elle s’intéresse plus particulièrement aux questions entourant la cybercitoyenneté, l’éthique du net et l’intégration des TIC dans la communauté de recherche philosophique. Son article, que je trouve particulièrement intéressant et utile, porte sur les outils d’observation et d’évaluation qu’elle utilise dans ses classes au moment de transformer celles-ci en communauté de recherche philosophique.

_____________________

Outils d’observation et d’évaluation en Communauté de Recherche Philosophique 2.0

L’évaluation d’une communauté de recherche ne fait pas l’unanimité. Certains pensent qu’il est inopportun d’évaluer cette activité. D’autres, au contraire, y voient une nécessité. Chose certaine, une évaluation systématique rend le processus de recherche en communauté caduque. Toutefois, une évaluation pondérée me semble profitable pour les jeunes (1). Plus particulièrement dans le cadre du cours d’éthique et de culture religieuse (ÉCR), il m’apparait bien utile de le faire en raison de la compétence pratiquer le dialogue dans une perspective du vivre-ensemble qui constitue le socle intégrateur des savoirs et des aptitudes autant en éthique et qu’en culture religieuse. Donc, étant donné les finalités du cours d’ÉCR, j’ai conçu différents outils d’observation et d’évaluation pour la communauté de recherche philosophique. (2)

Or, se doter d’outils d’observation et d’évaluation pertinents et efficaces en communauté de recherche n’est pas, à mon avis, chose simple. La multiplicité des éléments (habiletés et attitudes) qui sont en jeu lors d’un dialogue philosophique nécessite qu’on choisisse minutieusement ce sur quoi portera notre attention. Car, en sélectionnant certains éléments, on influence nécessairement le travail de la communauté. À terme, on espère que le corpus d’éléments sélectionnés conduira les participants à créer une communauté de recherche philosophique (CRP) authentique où se déploie une pensée critique et créative dans un souci de collaboration, et ce, même dans un contexte d’évaluation. Plusieurs années d’expérimentations avec des élèves du secondaire (première et quatrième) m’ont permis d’aboutir à des outils d’observation et d’évaluation que je considère satisfaisants sans pour autant être achevés.

Essentiellement, les participants sont invités à développer trois compétences : l’utilisation consciente et délibérée d’outils de pensée dans la construction de leurs explications (dimension cognitive de la CRP), la mobilisation d’habiletés et d’attitudes favorisant la recherche en commun (dimension collaborative de la CRP) et l’organisation d’un discours clair et précis (dimension discursive de la CRP). Avec l’expérience, j’ai remarqué que les participants s’investissent mieux dans le dialogue lorsqu’on attribue une pondération équivalente aux dimensions cognitive et collaborative de la recherche. De cette façon, ils ne perdent pas de vue le caractère communautaire de l’exercice et s’efforcent de mettre leurs idées au service du groupe. En contexte d’évaluation, ce genre de combinaison est précieux parce qu’il diminue de beaucoup la présence d’interventions purement calculatrices qui dénaturent le processus. De plus, chaque compétence propose une série de critères (outils, habiletés, attitudes) qui lui sont spécifiques. Fait intéressant, ces critères sont modifiables sans pour autant affecter la combinaison gagnante des compétences. Par exemple, on peut troquer des habiletés pour d’autres, en ajouter ou en réduire le nombre afin de l’ajuster aux besoins d’un niveau ou à la gradation des apprentissages d’un milieu.

Une fois les attentes fixées, établir une procédure efficace permettant aux élèves d’avoir une rétroaction sur leur pratique et d’y réfléchir est indispensable. Pour ce faire, j’intègre aux communautés de recherche philosophique des appareils numériques (mobiles, tablettes, portables). Les observateurs, par le biais d’une plate-forme de clavardage (3), commentent en ligne la pratique des participants en communiquant en temps réel leurs observations. Cette conversation parallèle entre les observateurs est très efficace pour fournir une rétroaction aux participants. Par exemple, en projetant le fil de discussion sur un grand écran, les participants peuvent le consulter pendant la discussion en CRP, prendre conscience des outils et des habiletés mobilisés et, au besoin, ajuster leur posture. Aussi, suite à la CRP, ils peuvent aussi relever tous les commentaires les concernant à l’aide d’une fonction recherche et procéder à une autoévaluation plus approfondie de leur pratique.(4) De même, lorsque j’évalue les élèves en CRP, je me réfère à la conversation parallèle pour compléter mes propres observations. Évidemment, fournir une rétroaction par l’intermédiaire d’un clavardage en ligne nécessite que les observations soient, dans un premier temps, pertinentes. Les élèves doivent comprendre le but de leur observation en réseau. En ce sens, fixer clairement ce sur quoi portera leur regard est impératif. Forte est la tentation de démarrer une communauté de recherche en parallèle à la communauté de recherche principale en commentant le propos plutôt que le processus. Dans un deuxième temps, les observations doivent être suffisamment claires et précises pour qu’elles soient réutilisables par les participants. En fournissant le nom de la personne, l’élément observé et ce que la personne a dit (idées) ou fait (attitudes ou comportements) en lien avec l’élément observé, on s’assure que les observations seront comprises par la majorité. Finalement, les observations doivent être constructives. Donc, en plus d’être aidantes d’un point de vue pédagogique, elles doivent être respectueuses à l’égard des personnes. En raison de la diffusion instantanée des observations à l’ensemble de la classe, il incombe à l’élève de formuler adéquatement ses idées afin de ne pas nuire, par exemple, à la réputation de ses camarades de classe. S’ouvre alors tout un champ d’investigation pouvant être abordé avec les élèves en communauté de recherche sur l’adoption de comportements éthiques et responsables sur le net.

En plus de la plate-forme de clavardage, je filme les élèves lors d’une CRP pour leur offrir une source supplémentaire d’informations sur leur pratique. Les vidéos sont déposées sur le portail du collège en accordant un accès exclusif aux élèves concernés. Bien que produire ces vidéos demande du temps, de l’énergie et des ressources, je juge qu’il est formateur pour les élèves de se regarder en train de dialoguer en CRP au moins une fois dans leur parcours scolaire. En effet, les vidéos leur procurent des informations sur des aspects que le clavardage arrive difficilement à traduire comme l’aisance, l’organisation du discours ou la coconstruction des idées.

Par la suite, il reste aux élèves à amasser les informations produites et à porter un regard critique sur leur pratique. Je leur propose alors une série de questions d’autoévaluation pour les aider à saisir le sens des différentes compétences. Par exemple, des questions telles que Mentionnes-tu le nom des personnes avec lesquelles tu construis tes idées?, Proposes-tu à la CRP des questions et/ou des hypothèses en faisant des liens entre plusieurs personnes?, Invites-tu la communauté à se questionner sur la pertinence des outils qu’elle utilise pour avancer dans sa recherche? ou Soulèves-tu les présupposés dans les propos des autres? les aident à mesurer leur implication dans la recherche en commun (dimension collaborative de la CRP). Sans répondre à chacune d’entre elles, les élèves peuvent s’en inspirer pour guider leur réflexion. Par contre, je remarque que les élèves questionnent peu les « savoirs » générés par le clavardage des observateurs bien qu’ils ont en main une ou plusieurs vidéos leur permettant de le faire. Souvent, ils prennent les observations de leurs pairs en ligne et les acceptent comme étant vraies. Des interrogations du type Est-ce que l’hypothèse observée est véritablement une hypothèse ? L’ai-je proposé de manière à ce que la communauté de recherche l’investige ? se manifestent peu. Pourtant, ces « savoirs » proviennent d’élèves observateurs dont la compréhension des outils et des habiletés est tout aussi partielle, d’où la nécessité de douter.

Enfin, comment amener les élèves à douter avec plus de rigueur? Y arriverait-on un peu plus en modifiant la séquence d’apprentissage? Avant d’évaluer leur pratique, les élèves pourraient examiner les propos du clavardage et analyser de façon critique ces propos à la lumière des vidéos afin de vérifier la compréhension des outils par le groupe. Cette analyse pourrait être pensée de façon à les conscientiser sur les moyens de production des savoirs en CRP (source et moyens). Puis, un parallèle pourrait être fait avec les savoirs que l’on trouve sur le net en général ouvrant ainsi un autre champ d’investigation en CRP. Bref, bien qu’en CRP les élèves sont prêt à remette en question bon nombre de choses, force est de constater que lorsqu’ils en sortent, ce n’est pas aussi manifeste. En d’autres mots, ce qui est mobilisé en CRP n’est peut-être pas aussi intériorisé qu’on le croit. Et, qu’en plus des activités et des stratégies mises en place, cette intériorisation, notamment celle de l’attitude critique, demande peut-être du temps et de la pratique.

Grilles d’observation-évaluation des communautés de recherche philosophique

Grille 1
Grille d’évaluation du dialogue en Communauté de Recherche Philosophique utilisée en première année du secondaire dans le cadre du cours d’ÉCR au Collège Jean de la Mennais.

Téléchargement de la Grille 1 (pdf)

Grille 2
Grille d’évaluation du dialogue en Communauté de Recherche Philosophique utilisée en quatrième année du secondaire dans le cadre du cours d’ÉCR au Collège Jean de la Mennais.

Téléchargement de la Grille 2 (pdf)

Grille 3
Grille d’observation avec l’utilisation d’appareils numériques. Éléments d’observation conformes aux attentes de la quatrième année du secondaire.

Téléchargement de la Grille 3 (pdf)

Grille 4
Grille d’autoévaluation en Communauté de Recherche Philosophique. Éléments d’évaluation conformes aux attentes de la quatrième secondaire

Téléchargement de la Grille 4 (pdf)

_____________

1- Bien qu’il pourrait y avoir toute une discussion autour de l’évaluation d’une communauté de recherche philosophique, la question ne sera pas traitée dans cet article.

2- Qui plus est, ces outils sont pensés de sorte à intégrer des technologies de l’information et de la communication (TIC) aux discussions philosophiques d’où l’appellation 2.0. Un article plus complet concernant l’intégration d’appareils numériques en communauté de recherche philosophique suivra dans un futur proche.

3- Pour ceux que ça intéresse, différentes plates-formes de clavardage pouvant être utilisés en classe sont disponibles sur le web. Pour un coût modique, le site Backchannel chat offre à ses abonnés la possibilité de concevoir des espaces de discussion accessibles par les participants via un mot de passe.

4- Pour que les participants recensent uniquement les observations qui s’adressent directement à eux et écartent celles où l’on mentionne simplement leur nom, le nom de la personne observé est combiné au symbole@ (par exemple, @julie) comme c’est le cas sur certains réseaux sociaux.

réponses

  1. Beau travail! C’est effectivement une tâche extrêmement délicate que d’évaluer la pensée alors même qu’elle se déploie. C’est beaucoup plus difficile que d’en examiner le produit, à l’occasion d’un texte, par exemple. Pour ma part, je pense avoir tendance à pécher par impressionnisme, et il m’est alors difficile de bien communiquer mes évaluations, sans parler de la difficulté d’induire une autoévaluation (une autocritique) valable et féconde. Je te remercie donc de partager tes outils: ils me guideront dans l’élaboration de mes propres grilles! Au plaisir!

    J’aime

  2. Bravo pour cette contribution concrète à l’épineuse question de l’évaluation d’une CRP. Je ne me figure pas complètement clairement la manière dont cela fonctionne et l’effet produit sur des participants pas forcément exercés au dialogue en CRP. Mais je vois d’emblée un grand avantage: celui d’intégrer, par une utilisation directe, le réseau social, source de tellement de difficulté aujourd’hui. Je me demandais récemment comment peut-on apprendre à préserver son intégrité face aux propos que peuvent véhiculés ces médias? Une réponse vient un peu de ce côté là: proposer des usages constructifs, qui contribuent à la pensée créatrice et collaborative. Merci pour ce beau travail. Je me réjouis de lire le prochain article!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :