• Êve: enquête philosophique sur la sexualité et l’amour

Eve

Table des matières

Remerciements                                                                                      9

Introduction                                                                                               10

Êve: une enquête philosophique sur la sexualité et l’amour                                 10

Conseils pour utiliser Êve dans une classe au secondaire                                     16

Les mandats de la personne qui anime une communauté de recherche                 16

Les questions de l’animateur                                                                          18

Conseils pour utiliser Êve à la maison                                                              21

Première partie: Moments dans la vie d’une adolescente                             23

Lundi, 17 janvier                                                                                          24

Vendredi, 21 janvier                                                                                      31

Samedi, 22 janvier                                                                                        37

Vendredi, 28 janvier                                                                                      41

Samedi, 29 janvier                                                                                        47

Mercredi, 2 février                                                                                        51

Jeudi, 17 février                                                                                            59

Mardi, 22 février                                                                                          63

Samedi, 26 février                                                                                        75

Lundi, 7 mars                                                                                              79

Dimanche, 3 avril                                                                                         87

Jeudi, 21 avril                                                                                               95

Mercredi, 27 avril                                                                                        102

Jeudi, 28 avril                                                                                             107

Mardi, 3 mai                                                                                               113

Dimanche, 29 mai                                                                                       119

Dimanche, 29 mai, suite                                                                               129

Deuxième partie: Plans de discussion et lectures complémentaires              138

Plans de discussion                                                                                      138

Lectures complémentaires                                                                            141

Lundi, 17 janvier                                                                                      143

• Notre corps nous parle-t-il?                                                                       145

• Qu’est-ce que la sexualité? (1)                                                                     145

• Qu’est-ce que la sexualité? (2)                                                                     146

• Qu’est-ce que la sexualité? (3)                                                                     147

• Existe-t-il des différences entre le désir, la volonté et le besoin?                        149

Vendredi, 21 janvier                                                                                  152

• Qu’est-ce que le respect?                                                                            152

• Comment pouvons-nous reconnaître un acte de violence conjugale?                 154

• Existe-t-il une différence entre la violence et l’agressivité?                               156

• Existe-t-il des moyens efficaces pour contrer la violence?                                 158

• Existe-t-il des différences entre la camaraderie, l’amitié et l’amour?                   160

• Une relation sexuelle avec un(e) ami(e) est-elle acceptable?                               164

• La sexualité suppose-t-elle une morale particulière?                                         165

Samedi, 22 janvier                                                                                      173

• Qu’est-ce que la liberté?                                                                              173

• Sommes-nous libres de faire tout ce que nous pensons que nous devons

faire?                                                                                                         176

• Existe-t-il des différences entre la passion et l’amour?                                      178

Vendredi, 28 janvier                                                                                   180

• Le narcissisme est-il souhaitable?                                                                  180

• Comment distinguer l’image de l’illusion?                                                      182

• Qu’est-ce que l’amour de soi?                                                                      184

• Qu’est-ce que l’amourpropre?                                                                     185

Samedi, 29 janvier                                                                                      187

• Est-ce que toute forme d’égoïsme est mauvaise?                                            187

• Existe-t-il un lien entre l’égoïsme et la sexualité?                                             189

• Qui sommes-nous?                                                                                     191

Mercredi, 2 février                                                                                      193

• Qu’est-ce que le beau?                                                                                193

• Sommes-nous homme ou femme par nature?                                                 196

• La sexualité a-t-elle des cycles?                                                                     198

• Qu’est-ce que la séduction?                                                                        200

Jeudi, 17 février                                                                                        202

• La confidentialité est-elle toujours souhaitable?                                              202

• Que faut-il penser de ces raisonnements concernant le sida et la protection

lors de relations sexuelles?                                                                           203

• Y a-t-il quelque chose dont nous pouvons être absolument certains?                 207

• Qu’est-ce que l’équité?                                                                              209

• Faut-il toujours dire la vérité?                                                                      211

Mardi, 22 février                                                                                       214

• Existe-t-il des différences entre la pornographie et l’érotisme?                          214

• Faut-il bannir la pornographie?                                                                    216

• Où commence l’obscénité, où se termine la pudeur?                                      219

• Qu’est-ce que le réel?                                                                                221

• Faut-il condamner la masturbation?                                                             223

• En quoi la sexualité peut-elle être une source de peur?                                    225

• Mentir nous entraîne-t-il dans un monde virtuel?                                           227

Samedi, 26 février                                                                                     229

• La réciprocité est-elle de mise dans les rapports amoureux?                             229

• Existe-t-il des différences entre la réciprocité et la complémentarité?                 233

• Que vivons-nous lorsque nous éprouvons un sentiment?                                 234    

Lundi, 7 mars                                                                                           236

• Pourquoi chante-t-on l’amour?                                                              236

• Existe-t-il différentes sortes d’amour?                                                           238

• Faut-il toujours partager ses sentiments?                                                       240

Dimanche, 3 avril                                                                                      243

• Qu’est-ce qu’une relation?                                                                          243

• Sommes-nous en présence d’une bonne analogie?                                         245

• Qu’est-ce que le vide?                                                                                248

Jeudi, 21 avril                                                                                           249

• Existe-t-il des différences entre la jalousie et l’envie?                                       249

• Devons-nous être fidèles en amour?                                                             251

• Qu’est-ce que le sexisme?                                                                           254

Mercredi, 27 avril                                                                                      256

• Le «mal nécessaire» suffit-il pour justifier l’existence de quelque chose?            256

• Est-ce que notre corps nous appartient?                                                       257

• Existe-t-il un lien entre le corps et l’esprit?                                                    259

Jeudi, 28 avril                                                                                           262

• Quand pouvons-nous dire que nous sommes libres?                                       262

• Est-il acceptable de traiter une personne comme une chose?                            264

• Quand le temps de faire quelque chose est-il venu?                                        265

Mardi, 3 mai                                                                                             266

• Les différences nous aident-elles à apprécier ce qui nous entoure?                    266

• Toutes les différences sont-elles importantes?                                                 268

• Qu’est-ce qu’un être humain?                                                                     270

• Existe-t-il des différences entre les filles et les garçons? (1)                              272

• Existe-t-il des différences entre les filles et les garçons? (2)                              273

• Qu’est-ce qui est féminin ou masculin?                                                         274

Dimanche, 29 mai                                                                                     276

• Y a-t-il de bonnes raisons d’être pour ou contre l’avortement?                        276

• Qu’est-ce qu’une personne?                                                                       279

• Quelles sont les conduites acceptables des participants dans une

communauté de recherche?                                                                          280

Dimanche, 29 mai, suite                                                                             285

• Existe-t-il une alternative au relativisme?                                                       285

• Une «bonne raison» peut-elle justifier notre action?                                        287

• Quels sont les biens de l’humanité?                                                             289

INTRODUCTION

 Êve: une enquête philosophique sur la sexualité et l’amour

Êve est une histoire philosophique qui s’adresse à des adolescents et à des adultes. Se présentant comme une sorte de journal intime écrit par une adolescente âgée de 15 ans, elle contient de nombreuses questions touchant la sexualité et l’amour.

Ce livre, inspiré des travaux de Matthew Lipman et d’Ann Margaret Sharp, initiateurs de la Philosophie pour les enfants, pourra servir à amorcer, soutenir et approfondir une discussion dans le cadre d’une communauté de recherche philosophique (CRP). Une CRP est un groupe de personnes engagées dans une exploration philosophique d’une ou de plusieurs idées (questions, problèmes, etc.) ayant le souci de toujours plus de rigueur, de créativité et d’autocritique. Êve enrichit une pédagogie de la philosophie qui se confond avec la philosophie elle-même, dans son acte essentiel: la réflexion. La CRP est une façon de procéder qui a fait ses preuves et qui continue de se développer sous différentes formes en s’adressant non plus seulement à des enfants, mais aussi à toute personne qui désire approfondir philosophiquement un sujet en compagnie d’autres personnes habitées du même désir. Dans un monde en quête de sens, qui ne trouve plus de réponses satisfaisantes aux portes habituelles, demeure l’idée que le questionnement de fond, le questionnement philosophique, est peut-être ce par quoi il faut commencer si on souhaite retrouver le sens qui s’absente. Si tel est le cas, Êve devrait pouvoir aider à poser les questions qui jettent les premières bases de l’édifice.

Le but de ce livre n’est donc pas de transmettre au lecteur une philosophie de la sexualité et de l’amour, mais de lui permettre d’apprendre à réfléchir philosophiquement, c’est-à-dire par et pour soi-même, dans une interpellation communautaire, sur ces réalités. Il arrive qu’en transmettant une philosophie, on apprenne à celui ou à celle qui la reçoit à penser par lui-même. Mais cela semble rare et paraît plutôt faire l’objet d’un heureux hasard relevant d’une improbable magie. Nous n’apprenons pas à penser par et pour nous-mêmes en écoutant un autre penser du haut de son estrade, car même s’il faut penser pour le suivre, c’est bien lui qui développe ses idées et notre écoute reste essentiellement passive. Penser par soi-même veut dire développer soi-même sa propre pensée et on ne peut l’apprendre qu’en le faisant et en le refaisant personnellement. Êve permet, avec une méthodologie appropriée, de l’apprendre en le faisant avec d’autres qui sont engagés dans la même activité.

Une enquête philosophique sur la sexualité et l’amour semble indispensable pour quiconque souhaite donner un sens enrichi à cette partie de l’expérience humaine: enrichi de la prise de conscience d’une dimension éthique, esthétique, métaphysique, logique et épistémologique que l’expérience de la sexualité et de l’amour contient nécessairement. Si la psychologie, la sociologie, la biologie, la psychanalyse, l’anthropologie, pour ne nommer que ces disciplines, ont beaucoup à dire concernant la sexualité et l’amour, elles n’ont pourtant pas la possibilité d’examiner les dimensions philosophiques de ces réalités. Êve vient combler une lacune dans le monde de l’éducation à la sexualité et à l’amour en fournissant des outils permettant d’engager une réflexion philosophique sur ces réalités.

Une enquête philosophique sur la sexualité et l’amour consiste, notamment, à analyser les critères de fond qui régissent ces expériences. Mais elle vise aussi à rendre ces expériences meilleures, plus en accord avec ce qu’elles sont et surtout avec ce qu’elles pourraient et devraient être. Ajoutons que ce que la sexualité et l’amour devraient être n’est pas donné d’avance. Il faut pouvoir y réfléchir ensemble et voir, chacun pour soi, mais avec les autres, ce qui semble être le mieux.

Ainsi, au lieu de s’en tenir à une description des pratiques sexuelles et amoureuses, la lecture d’Êve conduira à réfléchir aux critères permettant de préciser ce qu’elles devraient être. Le lecteur sera donc invité à réfléchir principalement sur la dimension éthique de la sexualité et de l’amour. Or les problématiques qui définissent l’éthique de la sexualité et de l’amour sont multiples et complexes. Que l’on pense au respect de la personne, au don de soi, au harcèlement, au viol, à l’avortement (pour ne prendre que ces exemples), voilà autant de sujets qui appellent une réflexion en quête de critères pouvant déterminer ce qu’il est convenable de faire ou non. Encore faut-il, pour chacune de ces thématiques, faire preuve d’une sensibilité au contexte qui définit partiellement chacun des cas à l’étude.

Mais une telle éthique ne peut se penser seule. En effet, elle doit être liée à une vision du monde, à une métaphysique en accord avec ce qu’elle propose. En d’autres termes, il apparaît impensable de réfléchir sur l’éthique de la sexualité et de l’amour sans que, du même coup, nous ne soyons conduits à préciser ce que nous entendons par «personne», «relation», «identité», pour ne nommer que ces sujets, dont le contenu ne peut être clarifié qu’en faisant appel à une réflexion d’ordre métaphysique.

En outre, une enquête philosophique sur la sexualité et l’amour ne saurait faire l’économie de considérations esthétiques. Par exemple, la question du beau n’est pas sans lien avec la dimension sexuelle et amoureuse de notre expérience. Elle fera donc l’objet d’un traitement particulier prenant aussi la forme de plans de discussion dans la seconde partie d’Êve.

Finalement, des questions d’ordre épistémologique et d’ordre logique feront aussi l’objet d’une attention particulière. En effet, nous ne saurions nous engager finement, profondément, dans une enquête philosophique sur la sexualité et l’amour sans que n’interviennent des réflexions critiques touchant la manière dont nous produisons des connaissances valables (épistémologie) et la façon dont nous organisons avec cohérence nos idées et nos pensées entre elles (logique).

C’est dire que la réflexion que propose Êve, guidée par le souci de mieux comprendre la sexualité et l’amour, pourra, à l’occasion, prendre des chemins qui paraîtront éloignés de ces réalités. Mais l’enquête philosophique offre justement cet avantage de «prendre du recul». Quand nous acceptons cette mise à distance, nous nous rendons compte assez rapidement de la complexité du problème que nous examinons, sans parler de la complexité de ceux ou celles qui l’examinent. En d’autres termes, la réflexion philosophique sur la sexualité et l’amour ne peut faire l’économie de cette mise à distance et, du coup, elle propose une compréhension qui va bien au-delà des problèmes particuliers que contiennent ces expériences.

Comme nous pouvons le constater, ce livre propose une enquête multidimensionnelle, comme l’est la philosophie dans son ensemble. Si nous ajoutons à cela la dimension politique, anthropologique, sociologique, psychologique et psychanalytique entourant ces réalités, nous aurons tôt fait de constater l’ampleur des questions et des problèmes qui nous attendent. Mais c’est aussi pour cela qu’ils présentent tant d’intérêt aux yeux de ceux et celles qui se penchent sur ces réalités depuis l’Antiquité.

Conseils pour utiliser Êve dans une classe au secondaire

Si vous utilisez Êve dans une classe au secondaire, voici quelques conseils méthodologiques qui pourraient vous être utiles:

1– Disposez les tables (à tout le moins les chaises) en cercle afin que tous les élèves puissent se voir au moment d’aborder Êve. La classe traditionnelle dans laquelle les tables sont disposées en rangées ne permet pas aux participants de voir l’ensemble des visages des autres participants. Pourtant, le visage est un complexe de significations d’une grande richesse qu’il importe de considérer au moment d’entrer en dialogue. En outre, le cercle permet de symboliser l’égalité qui devrait régner entre tous lors de la création d’une communauté de recherche. Chaque personne est à égale distance du centre de ce cercle.

2– Invitez les élèves à lire à voix haute, à tour de rôle, un paragraphe à la fois. La lecture collective, qui comporte une dimension éthique (le respect du tour de parole), permet aussi de prendre conscience que l’expérience que nous vivons engage une dimension sociale appelant une distribution du travail où chaque différence fait une différence.

3Une fois la lecture du chapitre terminée, invitez les élèves, seuls ou en équipe de deux ou trois, à formuler une question que la lecture du texte soulève chez eux. Une question qui viendrait souligner une interrogation présente. Ce n’est pas une course à la meilleure idée, ni à l’idée principale du chapitre, mais bien l’occasion de mettre en évidence ce que les élèves auront retenu en raison de l’importance qu’ils lui accordent à ce moment précis. La formulation de cette invitation pourrait ressembler à ceci: «Merci pour cette lecture partagée. Y a-t-il quelque chose qui vous a intrigués dans ce que nous venons de lire ensemble? Y a-t-il quelque chose que vous trouvez particulièrement important pour vous et que vous aimeriez approfondir? Tentez de transformer le tout sous forme de question(s).»

4Demandez aux élèves dinscrire au tableau la ou les questions formulées en y ajoutant leur nom. Cette signature est importante. Elle marque clairement l’un des rôles que chaque participant est appelé à vivre dans une CRP: celui d’auteur.

5Invitez les auteurs à lire à voix haute leurs questions et profitez de ce moment pour demander aux autres membres de la CRP s’ils ont besoin de plus d’information ou de clarifications, afin de bien saisir le sens des questions qui se trouvent au tableau.

6Choisissez l’une ou l’autre des questions inscrites au tableau. Il existe plusieurs manières de procéder pour le choix de la question. Le vote semble la voie la plus simple et celle qui respecte le mieux la dimension démocratique du processus, mais vous pouvez procéder autrement. Par exemple, vous pourriez demander aux participants de soutenir l’une ou l’autre des questions inscrites au tableau en partageant les raisons qui motiveraient un tel choix. Si une seule question est retenue, le choix ne sera pas difficile. Si plusieurs questions sont défendues, il faudra peut-être alors envisager le vote.

7Entamez une discussion, une délibération touchant la question retenue. Nous préciserons dans la prochaine section de cette introduction les mandats de l’animateur durant la délibération.

8Si cela s’avère approprié, utilisez l’un ou l’autre des plans de discussion présents dans la deuxième partie dÊve. Ces derniers ont pour but de vous aider à aller plus loin dans l’exploration de quelques-unes des idées contenues dans la première partie dÊve. Une explication plus approfondie de la nature et surtout des rôles des plans de discussion se trouve dans la seconde partie de ce livre.

Les mandats de la personne qui anime une communauté de recherche

L’animateur d’une discussion philosophique en communauté de recherche a de nombreuses tâches à accomplir. Ainsi, il doit notamment:

•   tenir compte de l’intérêt des élèves et non les conduire nécessairement vers les idées directrices contenues dans les plans de discussion de la seconde partie dÊve;

•   éviter de donner un cours sur chaque problématique rencontrée, mais susciter plutôt le dialogue entre les élèves afin qu’ils parviennent à mieux comprendre par eux-mêmes les concepts qu’ils souhaitent aborder;

•   s’assurer que la discussion ne se prolonge pas inutilement sur des sujets de moindre importance et inviter les élèves à explorer ceux qui semblent majeurs;

•   intégrer, au passage, des concepts philosophiques (la personne, le beau, la relation, la vérité, etc.) en faisant appel aux plans de discussion se trouvant dans la deuxième partie dÊve, ou en introduisant ces concepts à l’intérieur des questions générales d’animation (nous reviendrons plus loin sur cet aspect);

•   encourager les élèves à collaborer à la construction du sens qui émergera de la délibération vécue;

•   encourager les élèves à mesurer les conséquences de leurs paroles;

•   aider les élèves à dégager les présupposés que contiennent leurs propos;

•   aider les élèves à déterminer les raisons qui justifient leurs propos;

•   éviter que tous les commentaires lui soient adressés et inviter plutôt les élèves à dialoguer entre eux;

•   faire remarquer aux élèves que leurs propos le font réfléchir.

Ce ne sont là que quelques-uns des mandats de la personne qui anime une communauté de recherche philosophique. Pour s’aider dans un tel projet éducatif, l’animateur trouvera à sa disposition une série d’ouvrages portant sur l’art d’animer une discussion philosophique en communauté de recherche[1].

L’animation d’une communauté de recherche exige un renversement radical par rapport à une pédagogie visant à transmettre un savoir ou une morale particulière. Le but ici n’est pas de conduire les élèves vers des réponses attendues, ni vers des valeurs que vous estimez qu’ils devraient posséder. Il s’agit plutôt de les inciter, par le dialogue, à penser et à comprendre de plus en plus et de mieux en mieux par et pour eux-mêmes la complexité de l’expérience sexuelle et amoureuse. Évidemment, une telle aventure présuppose que les adolescents sont en mesure de le faire. Et ils le feront d’autant mieux que vous leur en donnerez l’occasion.

Êve est un instrument adapté à l’enquête philosophique, puisque cette histoire ne contient pas de réponses que les élèves devraient posséder au terme de sa lecture. Tout au plus soulève-t-elle un ensemble de problèmes et de questions touchant la sexualité et l’amour qu’il serait bon d’envisager si l’on souhaite examiner les critères de fond qui régissent ces aspects de l’expérience humaine. Certes, les personnages qui font partie dÊve émettent des avis touchant l’amour et la sexualité. Mais aucun d’entre eux ne devrait être vu comme celui qui détient la bonne réponse. L’important n’est pas le point de vue de l’un ou l’autre des personnages, mais la rencontre de la diversité des points de vue. Cette diversité devrait pallier l’envie d’arriver absolument à une réponse au terme de la discussion, une réponse qui serait, de surcroît, celle que l’animateur souhaite voir émerger.

Les questions de l’animateur

L’animateur d’une communauté de recherche a comme mandat principal, du moins au début du processus, de poser des questions qui feront avancer la recherche. Ces questions devraient être l’occasion, notamment, d’introduire plus de rigueur dans la discussion. Elles devraient aussi permettre aux élèves de constater que ce sont eux les principaux auteurs de la recherche et qu’ils sont responsables des propos qu’ils avancent. Avec le temps, ce seront les élèves eux-mêmes qui se poseront entre eux ces questions. Lorsque cela se produit, vous êtes alors en présence d’une communauté de recherche qui a grandement progressé. C’est aussi le signe que vous pouvez alors de plus en plus intervenir comme cochercheur avec les élèves en exprimant une hypothèse (un exemple, un contre-exemple, une raison, etc.) qui demandera, comme toutes les autres, un examen attentif de la part des participants. Mais en attendant ce moment, et il arrive parfois bien plus rapidement qu’on ne l’avait imaginé, le mieux serait de vous concentrer sur les questions que vous pourriez poser en cours de recherche. Parmi celles-ci, notons les suivantes:

•      Qu’est-ce qui vous intrigue dans ce passage? (aider les participants à concentrer leur attention sur un sujet précis, à formuler un doute)

•      Quelle est la question que vous aimeriez poser? (inviter les participants à formuler des questions, des problèmes)

•      Est-ce qu’une personne souhaite émettre une idée (développer une hypothèse) pour aider X? (susciter la collaboration)

•      Pourquoi dis-tu cela? (demander des raisons)

•      Pourrais-tu nous donner un exemple? (demander un exemple, possibilité de soutenir une hypothèse)

•      Est-il possible de penser à un contre-exemple? (demander un contre-exemple, possibilité de remettre en question une hypothèse)

•      Quel est le lien entre ce que tu dis et ce qui a été dit précédemment? (établir des relations)

•      Quelles différences y at-il entre ces deux commentaires? (distinguer)

•      Qu’est-ce que cela implique? (établir les conséquences des propos)

•      Qu’est-ce que cela présuppose? (identifier les présupposés)

•      Comment pouvons-nous savoir si ce que tu dis est vrai? (tester l’hypothèse avancée)

•      Comment sais-tu cela? (établir la source de la connaissance)

•      Est-ce que cela suffit pour dire qu’on le sait? (évaluer la source de la connaissance)

•      Quel est le lien entre ce que tu viens de dire et ce qui a été formulé précédemment? (rechercher la cohérence)

•      Est-ce qu’une personne pourrait nous aider à comprendre? (demander une clarification)

•      Où en sommes-nous dans notre recherche? (demander une synthèse provisoire)

Ce qui précède présente un aperçu des questions que vous pourriez poser en cours de recherche. Quand faut-il les poser? À qui faut-il les poser? Cela dépendra de la situation et de votre jugement, c’est-à-dire de votre capacité à apprécier l’ensemble des éléments qui se présentent en fonction de la recherche qui se déploie. Ici, il n’y a pas de recettes ou de trucs qui pourraient vous guider. Il s’agit d’un art qui demande beaucoup d’écoute, de sensibilité au développement de la recherche, d’attention à ceux et celles qui parlent plus ou moins et qui auraient éventuellement besoin d’aide, soit pour laisser plus de place aux autres participants, soit pour obtenir la place qui leur revient (et la petite dose supplémentaire de courage pour enfin pouvoir lever la main afin d’avoir la parole). Mais quelle que soit la question que vous poserez, soyez attentif aux liens qui s’établiront alors entre les participants, car de ces liens naîtra probablement la prochaine question qu’il serait souhaitable de poser. Ces relations, à la fois d’ordre cognitif, social et affectif, sont le ciment de la communauté de recherche. En outre, plus votre regard sera attentif aux liens qui se créent ou qui pourraient être créés au sein de la communauté, moins vous serez tenté de porter votre attention sur ce que les participants doivent savoir. Car, rappelons-le, le but de cette démarche n’est pas que les participants en arrivent à savoir ce que vous pensez savoir au sujet de l’amour et de la sexualité, mais qu’ils pensent de plus en plus et de mieux en mieux par et pour eux-mêmes, d’une manière critique, créative et attentive. Enfin, insistons pour dire que les propos doivent principalement venir des participants et non de l’animateur. Si vous constatez que vos interventions, vos questions occupent la moitié du temps, il est alors grand temps de revoir votre stratégie d’animation afin de laisser plus de place aux participants de la communauté de recherche. Ayez confiance en la capacité des participants à bien mener la recherche, tout en étant vigilant quant à la rigueur qu’elle doit avoir et la force des différents liens (cognitifs, sociaux, affectifs, philosophiques, etc.) qui se tissent entre tous.

Conseils pour utiliser Êve à la maison

La lecture dÊve à la maison se présente dans un contexte précis différent de la classe à l’école. Le nombre de participants peut être réduit au minimum: un parent et son adolescent. Mais cela ne devrait pas empêcher la création d’une minicommunauté de recherche constituée de ces deux personnes. La lecture pourra se faire de la même façon qu’en classe. Mais dès la collecte de questions, il serait souhaitable que les personnes en présence posent toutes les questions qu’elles souhaitent clarifier. La discussion devrait aussi être l’occasion de faire intervenir le parent et l’adolescent, mais toujours dans une perspective de recherche et non de transmission de ce que l’adolescent doit savoir de la part du parent. En fait, qu’il s’agisse de la classe à l’école ou de la cuisine à la maison, le contexte général est le même: celui de la recherche en commun visant à coconstruire une compréhension de plus en plus fine et nuancée de l’expérience sexuelle et amoureuse. Dans ces conditions, un véritable dialogue est nécessaire, c’est-à-dire cette activité où chacune des personnes accepte que son point de vue, son idée, sa certitude provisoire puissent être modifiés par les autres. Une activité où la préséance va aux questions qui émergent, aux problèmes qui se formulent, aux mystères qui surgissent en cours de recherche. Cela ne veut pas dire que l’enquête philosophique ne permet pas de trouver des réponses aux questions qui se posent, ou des solutions aux problèmes qui se déploient en cours de route. Cela veut dire que toute réponse est provisoire et qu’il devrait toujours être possible de la remettre sur la table si de nouveaux faits, de nouveaux arguments, de nouvelles hypothèses voyaient le jour. L’enquête philosophique dans le cadre d’une communauté de personnes qui pensent ensemble a cette caractéristique essentielle de toujours permettre la remise en question. C’est l’une des raisons qui expliquent son utilisation dans le monde de l’éducation, lorsque celle-ci vise la formation de la pensée critique, créatrice, attentive et l’apprentissage du vivre ensemble.

Première partie

Moments dans la vie d’une adolescente

Lundi, 17 janvier

Ça y est! Me voilà assise à ma table de travail, dans ma chambre, en face de mon écran dordinateur. J’ai décidé ce matin que, de temps en temps, j’écrirais ce qui se passe dans ma vie.

Pas simple l’adolescence. Mes parents m’avaient avertie au tournant de mon enfance. Et puis, c’est vrai qu’à 15 ans, on n’a pas encore toute l’expérience d’un adulte. Mais je me dis que l’intensité peut peut-être combler la quantité.

Pas facile d’écrire. Je ne sais déjà plus quoi écrire… Allez, Êve! Raconte-toi ce qui est arrivé au déjeuner ce matin. Prends ton temps… Il n’y a rien qui presse!

Tout d’abord, je me suis levée plus tôt que d’habitude pour continuer mes mots croisés que j’ai commencés hier. J’aime les mots croisés. J’éprouve un certain plaisir silencieux à jouer avec les mots, à les croiser, à les décroiser. J’avais réussi à remplir quelques lignes horizontales quand j’ai entendu maman annoncer que le déjeuner était prêt. Le lundi, c’est maman qui prépare le déjeuner.

Avec l’odeur qui traînait dans l’air, je savais que maman avait préparé des crêpes. Ma vue ne remplacera jamais mon odorat dans une cuisine… surtout le matin, alors que tous mes sens sont en éveil.

Lorsque je suis arrivée dans la cuisine, mon ventre criait famine. J’avais une drôle d’impression. C’était comme si mon ventre me disait «J’ai faim!».

Mon beau-père, Yves, était déjà assis à la table en train de verser du lait dans son café. Ça fait déjà quatre ans qu’il vit avec nous. Il est arrivé tout juste une année après le divorce.

J’aime bien Yves, mais il ne remplacera jamais papa. Après tout, c’est le sang de papa qui coule dans mes veines. Mais, contrairement à papa, Yves prend le temps de m’écouter. Il aime discuter de choses qui m’intéressent, que je trouve importantes. Après avoir avalé sa première gorgée de café, il m’a demandé:

    Alors, Êve, as-tu terminé tes mots croisés?

J’ai pris le temps de bâiller, puis je lui ai dit:

    Non, pas encore. Ils sont plus difficiles que les autres. J’ai l’impression que je ne m’en sortirai pas. Mais, en même temps, je sens que je vais découvrir plein de choses sur la sexualité. C’est le thème des mots croisés de la semaine.

   Oh! oh! Intéressant, dit alors mon frère Éric.

En passant sa main dans mes cheveux, il ajouta:

–      Le sexe! Cette maladie transmise sexuellement...

Je l’ai regardé avec une mine des plus dégoûtée et je lui ai dit:

–      Très drôle! Ce n’est pas le sexe, mais la vie qui est une maladie transmise sexuellement.

Il a penché la tête sur le côté, m’a regardée droit dans les yeux par-dessus ses lunettes et, du haut de ses 18 ans, comme pour montrer son intérêt pour ce que je pensais, m’a posé la question suivante:

    Parce que tu penses qu’il y a une différence entre le sexe et la vie?

    Hum… Bien sûr qu’il y en a une! La vie est plus grande que le sexe. La vie est partout, pas le sexe. Quand tu viens au monde, tu es en vie, mais tu n’as pas encore de sexualité. Et puis quand tu vieillis, il y a encore de la vie, mais la sexualité s’en va, disparaît peu à peu.

    En es-tu si certaine? Qu’est-ce qui te dit que la sexualité n’est pas présente d’un bout à l’autre de la vie d’un être humain, sous différentes formes, mais présente quand même?

    J’ai de la difficulté à m’imaginer un bébé de six mois en train de faire l’amour. Et pourtant, il est en vie.

    Mais la sexualité ne se réduit pas à faire l’amour. La sexualité, c’est aussi le désir, le plaisir. Et le désir n’a pas d’âge, ma petite sœur! D’ailleurs, j’ai appris dans un de mes cours au collège qu’un certain Freud avait émis l’idée que la sexualité commence très tôt dans l’enfance.

    Va-t-il jusqu’à dire qu’un bébé de six mois est capable de jouir?

    Je ne sais pas. Peut-être que la jouissance a toutes sortes de formes, tout comme le désir. Tiens, prends Yves quand il dit qu’il jouit lorsqu’un de ses malades est en train de guérir. Ou quand on dit qu’on jouit en mangeant quelque chose.

Mon frère déposa sa main sur la mienne et ajouta très lentement:

–      En tout cas, petite sœur, tu as une drôle de façon, à ton âge, de découvrir ta sexualité: passer par des mots croisés! Quelle idée!

    Pourquoi est-ce une drôle de façon? a demandé mon beau-père.

    La sexualité, a répondu mon frère, c’est d’abord avec son corps qu’on la découvre, pas avec sa tête.

    Parce que tu crois que ta tête ne fait pas partie de ton corps? ai-je demandé.

    Non, ce n’est pas ce que je dis, répondit-il. Je dis que la meilleure façon de savoir ce qu’est la sexualité, c’est d’en faire l’expérience et que cette expérience ne passe pas par les mots, mais par le corps.

En apportant les crêpes sur la table, maman dit alors:

Je ne suis pas aussi certaine que toi Éric. Le mot «jouir» ne jouit pas, le mot «embrasser» n’est pas humide, mais savoir ce que ces mots veulent dire ajoute à l’expérience de les faire, au moment où on les fait.

Éric avala sa gorgée de jus d’orange et dit:

Maman, es-tu en train de dire qu’on embrasse mieux si on sait à l’avance ce que le mot «embrasser» veut dire?

    Je crois, répondit maman, que la sexualité est un art qui ne s’apprend pas seulement sur le terrain. Je pense que d’y réfléchir avant, pendant ou après sera toujours un plus si on souhaite être à la hauteur de cet art. Mieux comprendre, mieux se connaître permet de faire des choix éclairés. Ça augmente les possibilités de vivre des expériences agréables ou d’éviter celles qui pourraient être désagréables. Quand tu sais que tu n’aimes pas le beurre d’arachide, tu n’en manges pas!

Ce fut au tour de mon beau-père d’intervenir dans la discussion. Il tenait sa tasse de café à la hauteur de son visage et il la garda ainsi, comme s’il allait nous confier quelque chose de très secret.

    Ce que je vois à l’hôpital me laisse croire qu’une bonne connaissance de ce qui est en jeu dans les rapports sexuels est importante si l’on ne veut pas prendre de risques. La semaine dernière, j’ai examiné un patient séropositif. Il m’a confié qu’il n’avait jamais utilisé de préservatifs, malgré les multiples partenaires, hommes et femmes, qu’il a eus dans sa vie. Je pense que s’il avait réfléchi avant d’agir, il aurait pris le temps d’évaluer les conséquences possibles de ses actes et il se serait comporté autrement. Il n’aurait pas pris de risques inutiles. Il aurait été plus prudent. En tout cas, ce qui est certain, c’est qu’aujourd’hui il a un sérieux problème sur les bras.

    Tu crois cela Yves! m’exclamai-je. Moi, j’en doute. Ce n’est pas parce qu’on sait qu’une chose est dangereuse qu’on ne la fera pas. Tiens, par exemple, la plupart des gens qui fument savent que c’est dangereux pour leur santé. Et ils continuent quand même de fumer. Peut-être pensent-ils que cela arrivera aux autres, mais pas à eux. Éric a peut-être raison après tout: la sexualité c’est d’abord une affaire de corps et quand le corps parle, la tête se tait.

Maman a commencé à mettre du sirop d’érable sur sa crêpe, puis s’est arrêtée et a dit:

–      Êve, on n’est pas des animaux. La tête, ta tête sert justement à cela: penser ta vie!

Je ne savais plus quoi penser. J’avais l’impression quYves et maman avaient raison. Pourtant, je continuais de croire que le simple fait de savoir quelque chose ne nous entraîne pas à le faire ou à ne pas le faire. Je me disais que la volonté devait aussi intervenir dans les actes que l’on pose. Mais où placer la volonté? Du côté de la tête? Du côté du corps? J’étais embêtée. J’ai alors posé cette question:

–      Maman, que fais-tu de la volonté?

    Je pense qu’on peut éduquer sa volonté comme on peut apprendre à jouer du piano.

    Oui, mais quand on désire quelque chose, peut-on vraiment aller contre son désir? Je veux dire, peut-on vouloir ne pas vouloir quelque chose?

    Bien sûr que si, petite sœur, dit Éric. C’est comme cela que les gens arrêtent de fumer par exemple. Ils vont à l’encontre du désir qu’ils ont de fumer.

Yves se leva de table, annonça qu’il devait partir immédiatement, donna un baiser à maman et, en se retournant vers moi, ajouta:

–      Ce lundi commence en haute altitude. J’ai l’impression que tes mots croisés vont nous donner du fil à retordre cette semaine. Est-ce que les mots «désir», «besoin» et «volonté» se trouvent dans tes mots croisés?

    Je ne sais pas encore. Peut-être. Pas pour l’instant.

Yves est sorti de la cuisine l’air songeur. Quand il se passe la main droite dans les cheveux, cela veut dire qu’il est en train de songer à quelque chose. Invariablement. Sur le pas de la porte, il s’est retourné et nous a confié:

–      Je ne suis pas certain que le désir, la volonté et les besoins soient la même chose. Il faudra en reparler.

C’est à ce moment que l’envie d’écrire m’est venue. Je ne saurais trop dire pourquoi l’envie m’est venue à ce moment précis. Mais une chose était claire pour moi. Je me suis dit: «Êve, prends le temps de te raconter par écrit ce qui se passe dans ta vie. Pas tout, bien sûr! Juste ce que tu trouves vraiment important.»

Mais pas question aussi de réduire le tout à une ou deux phrases sur Internet. Il y a trop de choses à dire et à développer. Je m’en rends compte maintenant que je termine mon premier chapitre. J’ai à peine eu la possibilité de raconter ce qui s’est passé pendant le déjeuner.

Un jour, en relisant mon histoire, je comprendrai peut-être mieux pourquoi je suis ce que je suis. Et qui sait, peut-être pourrai-je publier le tout à un moment ou un autre… À quoi bon écrire un récit s’il n’est lu que par son auteur?

Voilà, je pense en avoir assez écrit pour aujourd’hui. Il me reste à déposer un secret dans un autre cahier, un cahier secret celui-là, quelque chose que je sens qui est en train de m’arriver. Si le cahier que je commence aujourd’hui devait un jour être publié, je ferai tout ce qu’il faut pour que l’autre demeure secret. C’est trop intime pour que je puisse prendre le risque de le partager. Enfin, on verra… Comment puis-je être aussi certaine de ce qui m’attend?


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :