Grandir en humanité par la philosophie pour enfants: 4- la simplicité

 

libéraux

Dans son Petit traité des grandes vertus (Paris, PUF, 1995), Comte Sponville souligne, à propos de la simplicité qu’elle est «oubli de soi, c’est en quoi elle est une vertu: non le contraire de l’égoïsme, comme la générosité, mais le contraire du narcissisme, de la prétention, de la suffisance» (p. 205).   Comment la pratique de la philosophie en communauté de recherche permet-elle de développer cette vertu?  Les lignes qui suivent devraient alimenter la réflexion à ce sujet.

Quand on fait partie d’une communauté de recherche, notre intention n’est pas de paraître le meilleur, ni de mettre son moi à l’avant afin que les autres puissent apprécier à quel point vous êtes intelligent, brillant.  L’intention, qui, si elle n’est pas présente au début, devient de plus en plus intériorisée par les participants, est de contribuer bien humblement, sans prétention, au développement de la recherche dans laquelle nous sommes plongés.  Et pour cela, il importe de mettre son ego en perspective, de prendre du recul par rapport à ce qu’on croit savoir, de prendre du recul par rapport à soi-même.  Chaque propos devient une contribution dans la mesure où il s’insère dans un mouvement de collaboration où chacun se sent le maillon d’un chaîne plutôt que la locomotive d’un train de passagers qui n’ont qu’à suivre la dite locomotive.

Quand on fait partie d’une communauté de recherche, il importe aussi que nos propos soient compris par tous ceux et celles qui en font partie. Et pour y arriver, quoi de mieux que la simplicité?  Il importe d’être simple dans nos manières de dire afin que chacun autour de la table puisse facilement comprendre ce qui se dit.  Pas question de passer par l’obscur, le compliqué, les sous-entendus, la manipulation malveillante.  Cela n’offre qu’un seul avantage (au profit de celui ou celle qui est compliqué-e): il ou elle se protège par là de toute réfutation. Mais la réfutation devrait être bienvenue dans une communauté de recherche, car la valeur de fond qui guide cette démarche est l’autocorrection. Et il est difficile de s’autocorriger, si ce qu’on avance ne peut être réfuté parce que tout aussi incompréhensible qu’ennuyeux.

L’animateur-trice d’une communauté de recherche se doit d’être un modèle de simplicité: simplicité du propos, de sa manière d’être, du recul qu’il s’impose au regard des propos des enfants… Il ou elle n’est pas le maître à penser, mais le centimètre qui fait avancer d’un pas, par ses questions simples, directes, qui permettent d’aller encore plus loin dans la recherche d’une solution dont il ou elle ne connait pas la nature à l’avance.

En terminant, la simplicité n’exclut pas la complexité. Les problèmes traités dans une communauté de recherche sont complexes (Qu’est-ce que la justice? Faut-il toujours dire la vérité? Faut-il tout tolérer?  Qu’est-ce qu’aimer d’un amour sincère, vrai? Quel est le rapport entre sens et vérité? Etc.). Mais ce n’est pas parce que les problèmes sont complexes qu’il importe alors de devenir soi-même compliqué dans sa manière de dire ou d’être.  Ici, comme ailleurs, la simplicité à bien meilleur goût!

Une réponse

  1. Ping : La philosophie pour enfants et la pratique de la pensée attentive « Philosophie pour les enfants à l'Université Laval

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :