La philo pour enfants: quand les bottines suivent les babines

jo1

 

Dans quelques heures, j’aurai l’honneur et la joie de prononcer une conférence au Cégep de Joliette portant sur la philosophie pour enfants et sur la révolution qu’elle entraine dans le monde de l’éducation. S’adressant principalement à des étudiant.e.s des cours de philosophie offerts dans ce Cégep (possiblement très nombreux dès lors puisque les cours de philo sont  «encore» obligatoires au Cégep), j’espère qu’elle en inspirera plus d’un.e à entrevoir que la philosophie peut être à la fois utile et agréable et que des études dans ce domaine à l’université pourraient les conduire à beaucoup de travail dans les années à venir. Du pré-scolaire à l’université, la philosophie est, et sera, tout aussi importante que l’apprentissage de la langue et des mathématiques, si le but visé est la formation du jugement, d’une pensée nuancée, complexe, multidimensionnelle et surtout: raisonnable.

Oui, il s’agit bel et bien d’une révolution en éducation, une révolution copernicienne (Copernic a défendu la théorie selon laquelle la Terre tourne autour du Soleil, supposé au centre de l’Univers, contre l’opinion alors soutenue par ceux qui «savaient», que la Terre était centrale et immobile) qui est en jeu ici, Une révolution à tous les niveaux: bulletins, pédagogie, didactique, manuels scolaires, rapport au savoir, formation des enseignant.e.s, etc. Il importe, dans tous les cas, que les bottines suivent les babines.

Mais, cela ne veut pas dire que la révolution qu’entraine la philo pour enfants résoudra tous les problèmes. En fait, elle reposera, j’espère mieux, le problème, qui n’aura jamais de solution finale. La solution ne fait que reposer le problème: celui de l’éducation du petit de l’être humain, D’autres, après nous, reprendront le problème et y trouveront d’autres solutions qui reposeront à nouveau le problème. Sans fin cette histoire! J’espère que les solutions à venir ne nous ramèneront pas au 15e siècle.

Malheureusement, on ne sait jamais. Des signes me laissent croire que le recul est possible. Tout est possible. Mais j’ai confiance. Les recherches, tant empiriques que théoriques, nous laissent croire qu’il semble trop tard pour revenir en arrière. Il importe tout de même de rester prudent, tant l’aveuglément des certitudes nous empêchent de voir, parfois, que la terre n’est pas au centre de l’univers.

Pour ceux et celles qui ne pourront être présent.e.s au Cégep de Joliette, voici le contenu de cette conférence, moment par moment. Puisque j’ai une heure pour présenter le tout, il y aura bien sûr des commentaires absents de ces photos. J’espère que ces dernières vous seront utiles, d’une manière ou d’une autre. À vous de voir (p.s. certaines diapositives, notamment la 7e et la 8e, entrainent la duplication de certaines phrases: c’est qu’il s’agit d’une présentation en mouvement que les diapositives ne permettent pas d’entrevoir).

jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1
jo1

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :