Extraits et analyse d’un dialogue produit en communauté de recherche philosophique

libéraux

 

Des élèves de 5e année d’une école au Québec viennent de terminer la lecture d’un épisode du roman Pixie  écrit par Matthew Lipman.  Cet épisode relate une situation vécue par une enfant qui a sensiblement l’âge des élèves.  Les principaux échanges qui suivirent la lecture sont transcrits ci-après.  Seuls les noms des élèves ont été changés.  Lire la suite

Le processus d’intériorisation en communauté de recherche philosophique

L’expérience de la création d’une communauté de recherche philosophique (CRP) a une durée.  L’expérience que les enfants font lors de la création d’une CRP occupe un espace de temps plus ou moins long selon la distance plus ou moins grande s’inscrivant entre le commencement et la fin de cette expérience.   Celle-ci pourrait être symbolisée par une ordonnée coupée en deux endroits, ces coupes symbolisant son commencement et sa fin.  En figure:

 


Figure 1 (inspirée du linguiste Gustave Guillaume)

L’expérience qui se déroule entre C et F, dont CF est l’ordonnée, ne s’abstrait pas de la durée.  Mais au fur et à mesure que l’expérience avance dans le temps, au fur et à mesure que la connaissance expérimentale qu’elle suscite s’intériorise, c’est-à-dire se soustrait à la durée.  On peut ainsi la revoir tout d’un coup, en en faisant tenir la somme dans le cadre d’un instant de l’esprit. À ce moment survient une connaissance qu’on pourrait qualifier, disait le linguiste Gustave Guillaume (parlant alors du langage) de trans-expérimentale qui est intériorisation, représentation et qui, quittant l’ordonnée CF, se développe dans l’instant sur un axe de recoupement XX’ mené par F.  À nouveau en figure:

  Figure 2 (inspirée du linguiste Gustave Guillaume)

Vue ainsi, l’intériorisation est une activité qui consiste à éliminer de l’expérience le facteur durée et à tout voir, à tout revoir dans un temps dont la durée, cette fois-ci, se réduit à un instant de l’activité mentale.  De l’une à l’autre, on passe du temps dans lequel les enfants font l’expérience de la pratique philosophique – le temps au titre de contenant – au temps qui se développe en eux et qui, considéré cette fois au titre de contenu, permettra d’expliquer les rapports intrapersonnels, fruit de l’intériorisation des rapports interpersonnels vécus dans le dialogue.  Ce qui pourrait être figuré, cette fois, de la façon suivante:

 


Figure 3 (inspirée du linguiste Gustave Guillaume)

La condition d’une extériorisation valable de la pensée en CRP suppose l’intériorisation de celle-ci, c’est-à-dire l’assimilation et la systématisation de moyens de recherche utilisables en vue de fins plus ou moins complexes.  L’intériorisation n’est donc pas uniquement le reflet de ce qui se passe entre les participants. Prenant son départ, pour se construire, à ces rapports interpersonnels, elle est en plus le résultat d’une systématisation qui ne se trouve pas toujours et entièrement présente dans le dialogue entre les enfants. 

D’où vient alors cette systématisation?  Elle vient du rapport plus englobant être humain-univers au sein duquel se trouve le petit «face-à-face» être humain-être humain.  Si le dialogue fournit l’occasion, par la répétition qu’il engendre, de former en soi des habitudes, celles-ci ne deviendront vraiment intériorisées qu’au moment où, s’inscrivant dans un réseau de relations fondées ultimement sur le lien inévitable qui existe entre l’être humain et l’univers (qui est le lieu de l’être humain), elles se systématiseront, s’orchestreront aurait dit M. Lipman, et deviendront alors condition de puissance des actes qu’elles permettent de réaliser.  Intérioriser pour extérioriser, virtualiser pour actualiser, représenter pour exprimer, c’est là le processus peut-être le plus fondamental de l’apprentissage que réalisent les enfants au moment de participer à la création d’une CRP.

Quelques mouvements généraux de la pensée présents dans une communauté de recherche

Sans titre1.png

Les mouvements de la pensée humaine engagée dans une communauté de recherche philosophique (CRP) sont tout aussi nombreux que variés. Le livre Penser ensemble à l’école : des outils pour l’observation d’une communauté de recherche en action fait état d’une centaine de conduites cognitives et sociales présentes dans la CRP.  Chacune de ces conduites renvoie à des mouvements de la pensée. Malgré la quantité importante de mouvements de pensée observables dans une communauté de recherche, il est possible de les ramener à quelques mouvements fondamentaux.  Ces mouvements de la pensée sont des rapports structuraux inscrits dans la communauté de recherche. Lire la suite

Comment mesurer le progrès en philosophie pour enfants?

 

Le progrès en philosophie pour enfants peut être mesuré de plusieurs façons.  En voici deux exemples.

1- On pourra dire qu’il y a eu progrès parce que les membres de la communauté de recherche ont réussi à faire un certain nombre de distinctions considérées comme justes par la communauté.  Dès lors, le progrès est considéré sous l’angle du contenu de la recherche et du discernement qui est en train de s’aiguiser.

2- On peut aussi mesurer le progrès de la communauté de recherche en termes d’intériorisation des outils de la pensée qu’elle permet de mettre en action.  Si au terme d’une discussion, on aperçoit un nombre plus grand d’enfants (ou d’adultes) en mesure d’utiliser plus adéquatement les outils de la pensée (exemples, hypothèse, définition, raisonnement catégorique, renversement des phrases, identification de conséquences…), on pourra dire que la communauté de recherche a progressé, entendant par là que ses membres ont su mieux s’outiller dans le processus qu’elle entraîne dans sa création.  En d’autres mots, il y aura eu un progrès parce que la puissance de l’entendement des participant.e.s à saisir le réel et à donner un sens a augmenté. Lire la suite

La philo pour enfants: sous l’effet, la puissance de penser!

libéraux

La philosophie pour enfants existe depuis plus de 50 ans. Et dès ses débuts, par l’entremise de son fondateur Matthew Lipman, il a été clairement avancé que cette nouvelle discipline en philosophie était une façon particulière d’écrire et de faire de la philosophie avec les jeunes (en communauté de recherche) afin que ces derniers trouvent cette discipline à la fois utile et intéressante.  Utile parce qu’elle leur permet de développer leur puissance de penser; intéressante parce qu’elle les conduit notamment à réfléchir sur des aspects centraux de leur expérience. Voyons d’un peu plus près la partie utile de cette sous-discipline en philosophie: le développement de la puissance de penser. Lire la suite

Un moment dans la vie d’une enseignante qui pratique la philosophie avec les enfants

libéraux

Il me fait grand plaisir de laisser la place à Victoria Moisan pour le prochain billet. Comme elle le dit d’elle-même: «Je suis finissante en enseignement préscolaire et primaire de l’Université Laval. Depuis le début de mon BAC, je cherchais une façon particulière d’entrer davantage en relation avec les élèves. Je voulais également leur permettre de réfléchir, de se développer pleinement et de les faire aimer l’école. Les communautés de recherche philosophique m’ont permis d’atteindre ces objectifs. Je crois réellement à cette démarche et c’est pourquoi je poursuis ma formation dans le microprogramme en philosophie pour enfants et avec SEVE Formation Canada.  Voici une petite tranche de vie d’enseignante qui me motive à faire mon métier: Lire la suite

L’intuition et la philosophie pour enfants

libéraux

Autant il semble évident pour tout être humain que notre pensée s’engage fréquemment dans l’acte de raisonner, autant il n’est pas aussi certain que l’intuition fasse partie du bagage des outils que la pensée utilise pour appréhender le réel.  Pour certain,e,s, il ne fait aucun  doute que l’intuition existe, pour d’autres, elle est une chimère dont il faut se méfier. Et quand elle est envisagée comme quelque chose qui existe, les définitions qu’on en donne sont très variables.  Ainsi, pour Platon, l’intuition est la saisie immédiate de la vérité de l’idée par l’âme indépendamment du corps (voir le dialogue le Phédon).  À l’opposé, pour Épicure, l’intuition est la saisie immédiate de la réalité du monde par le corps indépendamment de l’âme (voir notamment Lettre à Hérodote).  Chose qui semble acquise pour ceux et celles qui en reconnaissent l’existence, l’intuition serait un mode du jugement qui permettrait de saisir directement ce qu’il en est.  Vue par certain.e.s comme un pressentiment, associée à l’instinct, à une petite voix intérieure, elle pourrait jouer un rôle important dans la quête de connaissance. Mais qu’en est-il de sa place en philosophie pour enfants?  Si elle existe, a-t-elle sa place dans cette pratique?  Regardons d’un peu plus près. Lire la suite

Abécédaire en philosophie pour enfants: M pour Mémoire

L’année dernière, Johanna Hawken a créé un abécédaire avec Michel Tozzi! Cette année, elle reprend le tout avec Michel Sasseville.

Aujourd’hui : M pour Mémoire

Merci à Caroline Pothier  pour la réalisation et la postproduction! 

Abécédaire conçu et animé par Johanna Hawken, docteure en philosophie, formatrice et animatrice en philosophie, directrice de la Maison de la Philo (structure expérimentale dédiée à la pratique philosophique de 5 à 105 ans).

Site de Johanna Hawken

Page Facebook de Johanna Hawken

Abécédaire à ce jour:

A: Amérique

B: Bienveillance

C: Communauté

D: Dialogue

E: Estime de soi

F: Facilitation

G: Grandir

H: Habileté

I: Infini

J: Joie

K: Kio, Gus, Pixie et les autres… 

L: Lumière

Abécédaire en philosophie pour enfants: L pour Lumières

L’année dernière, Johanna Hawken a créé un abécédaire avec Michel Tozzi! Cette année, elle reprend le tout avec Michel Sasseville.

Aujourd’hui : L pour Lumières

« Car le siècle des Lumières a peut-être des choses à nous apprendre  » Johanna Hawken

Merci à Caroline Pothier  pour la réalisation et la postproduction! 

Abécédaire conçu et animé par Johanna Hawken, docteure en philosophie, formatrice et animatrice en philosophie, directrice de la Maison de la Philo (structure expérimentale dédiée à la pratique philosophique de 5 à 105 ans).

 

Site de Johanna Hawken

Page Facebook de Johanna Hawken

Abécédaire à ce jour:

A: Amérique

B: Bienveillance

C: Communauté

D: Dialogue

E: Estime de soi

F: Facilitation

G: Grandir

H: Habileté

I: Infini

J: Joie

K: Kio, Gus, Harry, Pixie…

Abécédaire en philosophie pour enfants: K pour Kio, Gus, Harry, Elfie, Marc et les autres!

L’année dernière, Johanna Hawken a créé un abécédaire avec Michel Tozzi! Cette année, elle reprend le tout avec Michel Sasseville.

Aujourd’hui : K pour Kio, Gus, Harry, Elfie, Marc et les autres !

« Qui sont-ils ? Les personnages des romans que Matthew Lipman a écrit pour lancer ses dialogues philosophiques avec les enfants ! 9 romans présentant des enfants qui philosophent, dans leur vie quotidienne. à découvrir ! » Johanna Hawken

Merci à Caroline Pothier  pour la réalisation et la postproduction! 

Abécédaire conçu et animé par Johanna Hawken, docteure en philosophie, formatrice et animatrice en philosophie, directrice de la Maison de la Philo (structure expérimentale dédiée à la pratique philosophique de 5 à 105 ans).

 

Site de Johanna Hawken

Page Facebook de Johanna Hawken

Abécédaire à ce jour:

A: Amérique

B: Bienveillance

C: Communauté

D: Dialogue

E: Estime de soi

F: Facilitation

G: Grandir

H: Habileté

I: Infini

J: Joie

<span>%d</span> blogueueurs aiment cette page :