Principes d’élaboration d’un récit philosophique

Il me fait grand plaisir, cette fois, de laisser la place à Alexandre Herriger, formateur et intervenant spécialisé à la pratique de la philosophie avec les enfants.  Alexandre a participé à la création de l’association proPhilo en 1999. Aujourd’hui, il est le directeur d’Eduphilo fondé en 2007 qui œuvre pour l’introduction de la philosophie dans l’éducation, ainsi que le directeur de SEVE Formation Suisse.

Alexandre a écrit un texte très riche permettant d’entrevoir les principes qui sont à la base de l’écriture d’un texte narratif en philosophie pour enfants.  Je vous laisse le soin de le parcourir! Lire la suite

La pratique de la philosophie en communauté de recherche: sous la fumée, le feu!

• Pour télécharger la conférence en format pdf

Invité récemment par l’université de Genève et l’Institut de l’école internationale de Genève à diriger un séminaire portant sur la pratique de la philosophie en communauté de recherche (novembre 2015), j’ai pris soin, dans le cadre de la conférence d’ouverture, d’examiner les causes permettant d’expliquer les effets entourant cette pratique.  Lors de deux conférences précédentes, l’une portant sur les liens entre la pratique de la philosophie avec les enfants et la construction de la résilience, l’autre sur la façon dont on peut préparer les enfants d’aujourd’hui à construire la paix de demain grâce à la Philosophie pour enfants, j’avais invité les personnes présentes à diriger leur attention sur les effets potentiels d’une telle pratique. Dans le cadre du séminaire, j’ai jugé bon, cette fois, de me concentrer, non plus sur les effets entourant cette pratique, mais sur les causes pouvant expliquer l’existence de tels effets. Comme le dicton le souligne: il n’y a pas de fumée sans feu! Lire la suite

Philosopher à l’école en communauté de recherche – Partie 1

1re partie de 2
Entretien sur la pratique de la philosophie pour les enfants et les adolescents via la Communauté de Recherche :
-la philosophie en Communauté de Recherche selon Mathew Lipman;
-la philosophie en Communauté de Recherche en Éthique et Culture Religieuse (ÉCR);
-la cueillette de questions;
-la délibération;
-le rôle de l’animateur.

Recevoir un Doctorat honoris causa en philosophie pour les enfants: l’histoire d’une collaboration

serie
České Budějovice, République Tchèque

Recevoir un doctorat honoris causa soulignant le travail accompli en Philosophie pour les enfants, ça change pas le monde, sauf que… le recevoir de l’Université de la Bohème du Sud en République Tchèque, un pays qui a été soumis à un régime totalitaire pendant des décennies, ça nourrit le désir de poursuivre le développement de cette pratique qui donne aux enfants, comme aux adultes, des outils permettant de vivre une démocratie délibérative fondée sur la collaboration et le respect de la dignité humaine.

Lire la suite

Élaborer ses idées à partir de celles des autres

La collaboration et l’entraide, entre les participants, est l’un des principes fondamentaux en communauté de recherche philosophique (CRP). L’idée de «communauté» renvoie elle-même directement au caractère collaboratif de la recherche philosophique qui est en jeu dans cette démarche. Mettre en route un projet comme celui de la CRP suppose que nous acceptions de créer un espace dans lequel ce sont les participants qui, travaillant ensemble, sont les principaux acteurs, auteurs, de leur apprentissage.

Les sources épistémologiques du principe de collaboration et d’entraide en CRP proviennent en partie d’une conception de l’apprentissage et de la production des savoirs, conception inspirée du constructivisme social. Selon cette vision, ce sont les apprenants qui, à travers leur action en situation, construisent leurs connaissances, leurs représentations. Bien plus, c’est par le biais de l’interaction entre les pairs qu’ils parviendront à co-construire leurs connaissances. Partager une vision d’inspiration socioconstructiviste, c’est considérer les processus menant à la production les savoirs (qu’ils soient savants ou endogènes) comme autant de constructions sociales. Ainsi, les savoirs, avant d’être considérés comme tels, sont soumis à des processus de construction dans lesquels nous prenons appui sur l’information disponible pour créer des liens, formuler des hypothèses, bref, pour construire des interprétations du monde qui, suite à des processus de «négociation» (d’où le caractère social de la construction des savoirs), seront jugées viables ou non. Ici, chaque habileté mobilisée, chaque information utilisée est une pierre que nous ajoutons à l’édifice. En CRP, c’est en collaborant que nous parvenons à progresser dans ce processus de construction sociale, c’est en collaborant que nous sommes en mesure de partager nos forces et d’améliorer d’autant la qualité de notre construction. C’est également en s’entraidant que nous parvenons à mettre au jour des idées qui, autrement, seraient demeurées enfouies.

Les sources éthiques du principe de collaboration et d’entraide en CRP naissent entre autres d’une dimension politique : la visée démocratique comme moteur de la recherche. Au cœur de cette visée se retrouvent non seulement des principes tel que l’équité et l’égalité, mais également des outils permettant une pratique de la démocratie. Parmi ces outils, il y a, notamment, le dialogue. Cet outil est particulièrement important en CRP. C’est par lui que s’organisent les échanges entre les participants. Le dialogue comprend une dimension éthique importante qui nous conduit à «voir l’autre comme autant capable de vérité que soi » – comme le dit la formule de Conche; en fait, le dialogue ne peut réellement prendre forme qu’à travers un souci réel d’ouverture et un désir de comprendre ce que nos interlocuteurs veulent dire. Ainsi, dialoguer c’est s’investir dans une relation où chacun ne cherche pas à avoir raison sur les autres, mais où tous travaillent ensemble à dépasser sa propre perspective pour s’engager dans une recherche de sens et de «vérité» qui dépasse les intérêts individuels.

Il existe plusieurs manières de collaborer et de s’entraider. Nous pouvons le faire en apportant un exemple à l’idée d’une autre personne, en complétant la définition avancée par quelqu’un ou même en questionnant ou en contredisant la position d’un autre participant. Dans ces cas, comme dans tous les autres, ce sont les attitudes et les intentions qui sont déterminantes.

Extraits et adaptations de GAGNON, Mathieu et SASSEVILLE, Michel. Penser ensemble à l’école ; des outils pour l’observation d’une communauté de recherches philosophique en action.

Le fil de nos pensées en communauté de recherche philosophique

Me voilà au-dessus de l’océan Atlantique, de retour d’un long voyage en Suisse qui fut l’occasion de constater, à nouveau, qu’un pays soucieux d’une éducation de qualité pour ses petits, voit dans la pratique de la philosophie avec les enfants un moyen extraordinaire pour le développement de la pensée des enfants. Un moyen d’aller au-delà de ce faible pourcentage de son utilisation (aurait dit Lucy…). Et me voilà avec mes écouteurs, assis en classe économique, attendant patiemment à 900 km/heure que cet oiseau de métal me dépose au Québec où d’autres défis m’attendent. La musique est en moi, mieux, je suis dans la musique. Rien d’autre que cette relation si intime.

Lire la suite

%d blogueurs aiment ce contenu :